Belle soirée pour l'OM
Posté par Pierre Ménès le 1 Décembre 2017
Nouveau changement de dauphin pour le PSG après la victoire de l’OM à Metz, conjuguée aux défaites de Lyon et Monaco. À part ça, Bordeaux et Nice se sont relancés, Sainté s’est enfoncé et Paris a assuré.

Cette journée en semaine a commencé mardi avec un Strasbourg-Caen sur lequel j’aurai la pudeur de ne pas revenir. Au même moment, Amiens-Dijon était un bien meilleur match avec deux équipes qui ont pourtant de faibles moyens mais qui pratiquent un excellent jeu et qui ont inscrit de très beaux buts. Les Picards poursuivent leur série assez prodigieuse. Compte tenu de leur intersaison et des problèmes de stade, avoir des résultats pareils en pratiquant un jeu pareil, c’est vraiment louable. 

Et puis dans la soirée, Bordeaux a battu le fantôme de Saint-Etienne, à l’image d’un Pogba totalement à la rue. Avant, les Verts ne produisaient pas de jeu mais encaissaient peu de buts. Aujourd’hui, c’est toujours l’indigence sur le plan offensif mais en plus de ça, c’est opération portes ouvertes derrière. Les deux premiers buts bordelais signés Mendy et Malcom sont superbes, mais ça n’excuse pas l’insigne pauvreté du jeu stéphanois. Il va falloir que le duo Caïazzo-Romeyer recrute un peu au mercato. Faute de quoi, l’équipe va au-devant de grosses désillusions.

Hier, Lyon et Monaco se sont arrangés pour perdre tous les deux en même temps. Le champion de France s’est incliné à Nantes à l’issue d’un match d’une médiocrité sans nom pendant lequel ils ont fait preuve de la même apathie que contre Leipzig et le PSG. Même face à Nantes, ça ne suffit pas. Les Canaris se sont créé quelques situations et se sont finalement imposés en fin de match sur une très jolie demi-volée du pied gauche de Lima. 

De son côté, l’OL qui restait sur trois victoires consécutives 5-0 à l’extérieur, a perdu à domicile face à une équipe de Lille qui a inscrit deux jolis buts, le premier sur une belle frappe enroulée de Mendes, le second sur une tête décroisée de Ponce suite à un centre de Malcuit. Les Lyonnais ont pourtant eu les munitions pour revenir au score et même remporter ce match. Fekir a raté un péno et Meignan, fautif sur le but de Diaz, a ensuite sorti des arrêts insensés. La thèse de l’accident se tient pour l’OL, beaucoup moins pour l’ASM qui semble vraiment dans le dur.

Thauvin a encore marqué (et encore fait une passe décisive)

Toulouse a perdu un match imperdable au Stadium face à Nice. Les joueurs de Dupraz ont ouvert le score d’entrée par Delort, se sont retrouvés à onze contre dix peu avant la mi-temps avec l’expulsion justifiée de Dante et ont obtenu un penalty que Durmaz a eu la mauvaise idée de rater. Du coup, en fin de match, un péno de Balotelli et une volée de Srarfi sur un joli centre de Saint-Maximin ont offert une victoire inespérée aux Aiglons et font plonger le Téfécé, qui n’arrive toujours pas à trouver son identité de jeu et encore moins à en produire.

Et c’est donc l’OM, qui à la faveur de sa facile victoire à Metz, récupère la deuxième place du classement. Thauvin a encore marqué (et encore fait une passe décisive), Gustavo a encore marqué et j’ai même envie de dire Ocampos a encore marqué. Un match facile pour les Olympiens mais parfaitement négocié. Et puis Rennes a enfoncé Angers sur sa pelouse. Les hommes de Moulin avaient pourtant ouvert le score avant le repos par Toko-Ekambi, mais ils n’ont plus cette saison la rigueur défensive qui faisait leur force. Comme ils marquent assez peu, évidemment, la saison commence à mal s’emmancher. 

Et puis en soirée, le PSG s’est très difficilement imposé face à une brillante équipe de Troyes. Comme Amiens, l’ESTAC honore sa place dans l’élite. Bien organisés sur le plan défensif et très bons au niveau de la compensation, les Troyens ont joué les quelques coups - avec notamment un excellent Grandsir - qu’ils ont eus à fond et ont obligé Trapp à s’employer. Emery avait lui aussi fait tourner avant de jouer Strasbourg dès samedi après-midi puis le Bayern mardi prochain et donné sa chance à Lo Celso, Pastore et Di Maria.

Aucun des trois ne s’est montré à son avantage, surtout Di Maria qui est bien meilleur pour faire la gueule sur le banc que lors de ses apparitions sur le terrain. Il devrait s’inspirer de l’exemple de Neymar, qui a sorti une belle épine du pied à son équipe en ouvrant le score d’une très belle frappe du gauche, avant d’offrir le second but à un Cavani à nouveau maladroit - il a raté un péno et a eu du mal à exister dans ce match - mais qui a quand même réussi à marquer son 17e pion. Le PSG a changé de dauphin mais a encore accentué son avance sur son premier poursuivant, qui se monte aujourd’hui à 10 points.

Pierrot