Au bout du bout
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Au terme d'un match tendu, les Allemands ont enfin gagné dans une phase finale contre l'Italie. Les hommes de Löw s'en sont remis à la loterie des tirs au but pour obtenir leur précieux sésame pour les demi-finales de cet Euro.

Ce n'est pas une grosse surprise d'avoir vu ces deux équipes se départager aux tirs au but. Pour cette rencontre, Joachim Löw avait décidé d'aligner une équipe miroir. Pour s'adapter au fameux 3-5-2 italien, il a complètement chamboulé son dispositif tactique afin de proposer un schéma bien différent de ce qu'il avait proposé jusque-là dans cet Euro. C'est peut-être d'ailleurs grâce à ça qu'on a vu quelques occasions dans le jeu ou du moins des situations dangereuses lorsque les joueurs de couloir étaient pris dans le dos. C'est un des défauts du 3-5-2 quand on est un peu aspiré par l'avant.

Enfin, pour ce qui est d'être aspiré par l'avant, il n'y a pas eu grand-monde en première mi-temps. Alors les docteurs ès football clameront qu'on a vécu une première période très tactique mais tous les autres diront simplement que c'était emmerdant. Mais la situation s'est quand même pas mal décantée en seconde période. Il y a eu un peu plus d'espaces et d'occasions. Et sur un centre contré d'Hector, Özil a ouvert le score. À ce moment-là, l'Italie paraissait vraiment dans le dur. Il faut dire aussi que techniquement, l'Allemagne est plus forte et au milieu de terrain, grâce à Schweinsteiger, Kroos et Ozil, c'est très supérieur du point de vue de la maîtrise de balle.

Mais il a fallu que Jérôme Boateng se prenne pour Michael Jordan pour que les Italiens égalisent sur un penalty tiré avec rage et précision par Bonucci. À partir de là, on savait très bien que ce 1-1 tiendrait jusqu'au bout. Les deux équipes, qui avaient trop peur de perdre, n'ont pas du tout cherché à gagner. Tout s'est donc joué aux tirs au but. Quand j'étais petit - ou du moins plus jeune - on m'a appris certains adages dont un qui concernait la Mannschaft : un Allemand ne rate jamais un penalty. Ça doit être une sorte de souvenir de Séville ou quelque chose comme ça. Seulement, la séance de tirs au but d'hier soir a été folle.

Le nouveau syndrome du péno manqué 

Evidemment, la pression était énorme à ce stade de la compétition et il faut ajouter la présence de Buffon et Neuer, qui n'aide pas spécialement à se détendre. Et puis il faut reconnaître que depuis le penalty raté par Ibrahimovic en quart de finale de Ligue des Champions contre Manchester City, le nombre de tentatives manquées par les grands joueurs est absolument incroyable. Thomas Müller qui avait raté un penalty crucial en demi-finale de Ligue des Champions contre l'Atlético, a encore échoué hier soir. D'ailleurs, les trois Allemands qui ont manqué leur tentative sont Özil, Schweinsteiger et Müller. C'est à dire les cadres inoxydables dont on attend tout, sauf ça.

Du côté des Italiens, c'était un peu différent. Zaza, entré uniquement pour tirer, n'avait pas touché un seul ballon avant la séance. Quant à Pellè, il aurait mieux fait de se concentrer au lieu d'essayer de chambrer Neuer en lui annonçant qu'il allait faire une panenka. Neuer, justement, a tout de même fait deux arrêts même si les tentatives n'étaient pas forcément très bien placées. C'est finalement Hector qui a donné la victoire aux siens, sur un penalty qui est passé sous le ventre de l'incroyable Buffon. Le portier italien reste celui qui a permis à ses troupes d'arriver jusque-là. Personne n'oubliera sa parade invraisemblable sur une talonnade de Gomez accélérée par le contre de Chiellini lorsqu'il y avait 1-0. De toute façon, durant tout cet Euro, des hymnes jusqu'à ses larmes à la fin, Buffon a prouvé par son attitude et son implication qu'il était un dieu du football. Même si je ne me régalais pas avec le jeu de l'Italie, j'ai une vraie tristesse de le voir quitter cet Euro. 

Voilà, maintenant les Allemands vont panser leurs plaies et il y en a quelques unes. Ils vont également regarder avec intérêt Islande - France. Mais que ce soit le petit poucet ou nos Bleus, je leur souhaite bien du plaisir en demi-finale contre cette équipe d'Allemagne. 

Pierrot