Alerte, Paris revient !
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Malgré un très bel OM en début de match, le PSG a remporté la première manche du Classico. Au terme d'un match de haut niveau.

Avant un PSG-OM, on a toujours un espoir : celui d’assister à un grand match. Quoi qu’on en dise, le Classico reste le plus grand événement de la Ligue 1 depuis de nombreuses années. Et hier soir, le match de haut niveau, on l’a eu : énorme intensité, niveau technique parfois impressionnant. Comme prévu, Marseille a fait une très grosse première demi-heure et, comme on l’a souvent vu depuis le début de la saison, ses forces ont décliné au fil de la rencontre. 

Ce marquage individuel imposé par Bielsa, s’il est l’arme la plus puissante de l’arsenal olympien, est extrêmement énergivore. Avec les suspensions d’Ayew et Romao, l’entraîneur argentin a manqué de solution pour remettre du gaz au milieu. La différence, c’est aussi qu’habituellement, quand les Phocéens sortent une première demi-heure de cette qualité, ils marquent. Cette fois, le poteau a renvoyé la tête de Gignac et la reprise d’Alessandrini est passé dix centimètres à côté. 

Paris a mis un peu de temps à réagir et à s’organiser mais au fil des minutes, le milieu francilien - malgré un Verratti sur une jambe - a pris le dessus. Et suite à bon dépassement de fonction de Thiago Silva et un une-deux Lavezzi-Cavani, Lucas a surpris Mendy en vivacité. Après le repos, Marseille a eu un peu plus de mal et l’expulsion plus que sévère d’Imbula a précipité la chute des Olympiens. Certes il y a choc avec Cabaye, mais il n’y a pas semelle. 

L’angle de vision de Turpin n’est visiblement pas bon mais compte tenu de l’extrême correction de la rencontre, un jaune aurait amplement suffi. Derrière, sur une passe d’un Aurier auteur de sa meilleure prestation sous le maillot parisien, Cavani a encore sauvé son match en inscrivant un joli but de la tête. Etonnant de voir ce joueur, qui souffre de lacunes techniques incroyables mais qui trouve toujours les ressources pour aller planter son petit but. 

 

Même dans un jour moyen, l’OL en plante trois

On a aussi eu droit à l’entrée d’un Ibra qui m’a semblé étonnamment en jambes. Il est à l’origine du second but mais a fait preuve d’un peu de gourmandise à deux reprises. Son égo avait trop envie de marquer pour son retour. A l’arrivée, le PSG revient donc à un point de son hôte du soir, à l’issue d’un match de haut niveau. Petit à petit, le champion est en train de récupérer tout son monde et avec un effectif au complet et en pleine forme physique, Paris va vite être imprenable en Ligue 1. Ce n’est ni un scoop, ni anormal.

Concernant le reste de la journée, on a eu un Sainté-Monaco qui a beaucoup ressemblé au Sainté-Inter de jeudi. Une première mi-temps ratée et un 0-1 au repos, une seconde bien meilleure et un 1-1 final.  Du coup, ce n’est une bonne opération pour aucune des deux équipes. De son côté, Reims a facilement battu 2-0 le fantôme de Lille. Et même s’il est coupable sur la tête de Mandi, sans Enyeama les Nordistes auraient pris une vraie correction. Le LOSC est en grande difficulté et va devoir réagir vite.

Et puis Lyon avait mis la pression sur l’OM et le PSG en battant plus difficilement que ne l’indique le score une bonne équipe de Guingamp qui, malgré son match en Europa League jeudi, a posé des problèmes à l’OL. Surtout après être revenu au score sur le coup-franc de Marveaux envoyé dans son propre but par Lopes. Les Bretons auraient alors dû obtenir un penalty pour une main d’Umtiti. Mais voilà, l’arbitre n’a pas sifflé et avec des joueurs de la qualité technique de Fékir et Lacazette, ça permet de se sortir de situations parfois délicates. Même dans un jour assez moyen, l’OL a encore marqué trois buts…

Pierrot