Ajaccio, quelle première !
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Hier soir, le Gazélec d'Ajaccio a signé sa première victoire en Ligue 1 face à Nice. Un beau succès qui devrait permettre aux Corses de prendre confiance. De son côté, l'OL, facile vainqueur de Toulouse, revient sur Angers et Caen qui ont laissé des plumes à domicile.

On ne peut pas dire que le passage à l'heure d'hiver réussisse aux stars de l'été que sont Nice, Caen et Angers. Deux de ces trois équipes se sont en effet inclinées alors que la troisième a fait match nul. Vendredi, Caen jouait au stade Michel d'Ornano à 18h30 pour une histoire de canonisation - c'est assez savoureux pour être cité. En tout cas, ça n'a pas canonisé le jeu des Normands, clairement en panne d'idées face aux Nantais.

Il faut dire aussi que depuis leur première mi-temps très réussie contre le PSG, les Canaris se sont enfin aperçus qu'ils n'étaient pas plus idiots que les autres. Ils ont compris qu'en portant un peu plus le ballon vers l'avant, ils pouvaient se créer des occasions et marquer des buts. Il y a quelques semaines, juste avant le terrible orage, ils tenaient Nice en échec à la mi-temps. Ce vendredi, ils ont signé une troisième victoire consécutive sans aucune contestation possible. Depuis leur remontée dans l'élite, les Nantais nous ont habitués à des départs fulgurants avant de sombrer. Cette année, on va peut-être avoir le droit à l'inverse. En tout cas, cette victoire est un beau cadeau pour Michel Der Zakarian qui n'a pas pu assister au match suite à un malaise heureusement sans gravité.

Toujours vendredi soir, Lyon a très facilement dominé une équipe de Toulouse décidément désespérante. Evidemment, les Toulousains n'ont pas été nuls d'un bout à l'autre du match mais malgré une bonne phase, Lyon a été plus efficace. Ce match a marqué le réveil ou plutôt l'éveil des recrues puisque Darder et Valbuena ont marqué leur premier but sous le maillot lyonnais en championnat. C'est également le cas pour Maxwell Cornet. Cette large victoire contre une équipe de Toulouse moribonde depuis plusieurs semaines ne signifie pas que tout est arrangé. On sent bien qu'il y a encore des choses qui coincent à Lyon mais il est évident que la victoire est la meilleure des guérisons.  

 

La zapette a parfois du bon

Samedi, nous avons eu le droit à quatre matchs. Au moment de Lorient-Rennes, il y avait un West Ham - Chelsea passionnant mais aussi la demi-finale de la Coupe du Monde de rugby. Autant dire qu'au moment de la révélation de la compo de Rennes, on était content d'avoir un ordinateur, une télévision et une zapette. Philippe Montanier, qui est revenu d'Espagne auréolé d'une réputation de beau jeu, continue à nous sortir ses tactiques d'épicier. Terminé le 4-3-3 offensif, place au fameux 4-5-1 ultra-défensif avec donc quatre défenseurs, deux latéraux et deux milieux défensifs. Jusqu'à l'entrée de Grosicki, les Rennais étaient clairement dans l'incapacité de marquer un but. Les Lorientais, eux, avaient ouvert le score sur un but de Guerreiro, suite à un débordement assez chanceux de Waris. On retiendra surtout de cette rencontre le premier but accordé en France par la goal line technology. En cinq secondes, on a su que le ballon de Grosicky était totalement entré et ça me semble être un vrai progrès. 

Dans la soirée, j'avais hâte de voir Nice et j'ai finalement vu Ajaccio. Les Corses, qui n'avaient mis que quatre buts en Ligue 1 cette saison, en ont planté trois en première mi-temps contre les Aiglons ! Evidemment, le but extraordinaire à la Van Basten de Grégory Pujol au bout de 33 secondes les a mis sur les bons rails. Ça leur a surtout donné confiance. Thierry Laurey avait bien préparé son coup puisque son 4-4-2 en losange a asphyxié les milieux niçois. Ben Arfa et Germain n'étaient quasiment jamais servis par leurs coéquipiers. Cette première victoire des Gaziers est amplement méritée parce que Nice n'a pas eu les occasions suffisantes pour revenir au score. Evidemment ça n'enlève rien à l'excellent début de saison des Aiglons et au plaisir donné ces dernières semaines. C'est une équipe jeune et qui, de temps en temps, a le droit de coincer aussi sans que ça prenne des proportions ahurissantes.

De son côté, Angers ne peut pas non plus accumuler les matchs denses. Hier soir, c'était très verrouillé contre Guingamp et c'est finalement dans les arrêts de jeu que les deux équipes ont eu l'occasion de l'emporter. N'Doye a vu sa tête repoussée par la transversale alors que Briand a buté sur Butelle suite au contre qui a suivi l'action angevine. C'est un point qui satisfait les deux équipes. Personne ne sera attristé par ce résultat. 

Enfin, Montpellier s'est imposé 2-0 contre Bastia au bout de l'ennui. Nous avons vécu une première période horrible. Un hachis de football sans le moindre tir cadré. Le paradoxe, qui devrait particulièrement inquiéter les Corses, c'est que c'est le pied droit de Boudebouz qui a permis l'ouverture du score. Face à ses anciens coéquipiers, l'Algérien a montré la voie avant que la nouvelle petite recrue Ninga fasse le break d'un très joli but. Les Montpelliérains entament leur lente et longue remontée et il va désormais falloir qu'ils récupèrent des joueurs et de la confiance. 

 

Pierrot