À quoi joue Paris ?
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Si Paris a assuré l'essentiel en prenant les trois points face à la lanterne rouge de la Ligue 1, la prestation globale du champion en titre laisse clairement à désirer. En bas, Lille et Lorient n'ont pas profité de la défaite de Nancy pour se détacher.

Que se serait-il passé au stade Marcel Picot si les Lorrains ne s'étaient pas suicidés dès les premières minutes de jeu ? Ils ont encaissé deux buts invraisemblables et indignes du niveau de la Ligue 1. Il y a d'abord eu le coup-franc rentrant de quarante mètres de Lucas que personne n'a touché et qui a péniblement terminé sa course dans le petit filet puis cette terrible faute de relance de Chrétien joliment exploitée par Cavani sur un lob astucieux. Au bout de vingt minutes de jeu, le PSG menait 2-0 contre une équipe d'une faiblesse épouvantable.

Le club de la capitale n'a donc aucune excuse pour s'être arrêté de jouer. Je veux bien qu'on dise qu'il y a la Coupe d'Europe la semaine prochaine mais ce sera Bâle en face, pas le Real Madrid. On pourra aussi affirmé qu'il manquait pas mal de titulaires mais pour affronter Nancy, l'effectif paraissait largement suffisant. Quoi qu'il en soit, ce qu'on a vu en seconde période, c'est une parodie de football. Le champion de France était apeuré au point de faire sortir un attaquant pour intégrer Rabiot et renforcer le milieu de terrain.

La fameuse "patte Emery" 

Il y a un aveu de faiblesse et de fébrilité à l'extérieur qui ne date pas d'aujourd'hui. Il n'y a qu'à Caen que les Parisiens ont réalisé un bon match. À Bastia, ils ont signé une victoire poussive et se sont inclinés à Monaco et Toulouse. Cette équipe joue mal hors de ses bases. Alors, certains parlent encore de la "patte Emery". D'accord il a mis en place des choses intéressantes, notamment au niveau du pressing - enfin quand les joueurs parisiens daignent le faire - mais à l'extérieur, c'est incohérent et informe. Et puis je suis désolé mais je pense que des joueurs comme Meunier et Krychowiak ne sont pas au niveau d'un club comme le PSG. 

Si c'est passé ric-rac contre Nancy, il va falloir quand même trouver d'autres arguments et une autre implication individuelle et collective pour rendre de meilleures copies lors des prochains matchs. Sinon, malgré la défaite qui ne fait que confirmer leur mauvaise posture au classement, les Nancéiens peuvent quand même être contents de leur prestation mais aussi des débuts d'Alou Diarra, qui a vraiment été - au-delà de son très joli but de la tête - excellent tout au long de la partie. 

Ninga, tube de l'automne ?

Et puis on a eu droit à un triste samedi soir de Ligue 1, comme souvent. Bien animé toutefois à Montpellier grâce à Casimir Ninga, étonnant joueur qui en est quand même à cinq buts et une passe décisive en deux matchs. Alors c'est encore un diamant brut qui a besoin d'être taillé mais il a des qualités plus qu'intéressantes, notamment sa précision et sa force du droit. Il a permis au MHSC d'arracher un précieux succès et ce malgré un Geoffrey Jourdren qui traverse une bien mauvaise période en ce moment.

Alors que Nancy s'est incliné contre Paris, Lille et Lorient n'en ont absolument pas profité pour s'éloigner de la dernière place. Le LOSC a fait un match qu'on a déjà vu plusieurs fois depuis le début de la saison. Les hommes de Frédéric Antonetti se sont créés beaucoup d'occasions mais sont tombés sur l'excellent Johnsson dans les buts de Guingamp. Et ils se sont finalement inclinés sur la plus petite des marges. Au bout d'un moment, ça devient problématique de réaliser des prestations correctes et de ne jamais prendre un point. Une sixième défaite indigne du standing de cette équipe.

Quant aux Merlus, ils  continuent doucement mais sûrement leur descente aux enfers. Alors ça a l'air peut-être moins inquiétant que d'autres équipes parce qu'il y a toujours une volonté de jouer qui rend les matchs agréables mais les chiffres sont implacables. Ça commence à devenir très problématique pour Lorient. Enfin il y a eu le succès mérité des Angevins à Bastia. Le SCO a su garder ses valeurs défensives de l'année dernière et ajouter d'autres moyens en attaque ce qui lui permet d'avoir de bons résultats tout en étant infiniment plus séduisant que la saison passée. 

Pierrot