A qui perd, perd...
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Lyon et Lille battus, Marseille et Montpellier tenus en échec chez eux. Et si cette 29e journée était un vrai tournant dans cette Ligue 1 totalement indéchiffrable ?

Deux défaites et deux nuls : voilà le bilan des quatre équipes parmi les sept premières qui ont joué jusqu'ici lors de cette 29e journée. Par pure bonté d'âme, je vous ai épargné un post vendredi soir. Ca m'a évité de vous déverser mon ennui et mon fiel en long, en large et en travers après la nouvelle bouillie de match offerte par l'OM au Vélodrome. Mais comme je suis magnanime, je trouve quand même une excuse majeure aux Olympiens : ça devient de plus en plus compliqué de jouer dans ce stade en travaux et qui sonne carrément le creux désormais.

Alors évidemment, ça n'explique pas tout. La baisse de régime du duo Valbuena-Gignac est aussi l'une des raisons principales de cette absence de résultats et d'occasions de but. De toute façon, cette équipe marseillaise est coupée en deux. Il y en a six qui défendent et quatre qui doivent se débrouiller devant. Romao et Barton sont positionnés beaucoup trop bas et j'avoue que la popularité dont jouit l'Anglais, comparativement à la qualité de ses prestations, ne cesse de m'étonner.

Mais si la copie marseillaise face à Ajaccio a été bien vilaine, que dire de celle fournie par Lyon hier après-midi à Furiani ? Un non-match total, dans toutes les lignes. Ca part d'un gardien qui n'arrête rien, en passant par une défense centrale aux abonnés absents, un milieu de terrain en panne de créativité et ça se termine avec une attaque quasi-inexistante. Quand on tombe sur une équipe inspirée offensivement comme l'était Bastia, ça peut faire cher à l'arrivée.

Lyon indigne du titre

Le duo Khazri-Thauvin a fait très mal à l'OL. Le Tunisien a, comme souvent, été le détonateur de son équipe. Il va très vite balle au pied, joue juste et a une très jolie qualité de frappe, à l'image de ce tir enroulé qui a parachevé le travail des Corses. On n'oubliera pas non plus que c'est lui qui avait marqué un somptueux coup-franc de 35 mètres au Parc qui avait mis fin à la série d'invincibilité de Sirigu. Quant au petit Thauvin, auteur de son deuxième doublé après celui réalisé face à Bordeaux, il est extrêmement prometteur.

J'ai souvent égratigné cette saison le club bastiais pour son comportement, que ce soit dans les tribunes ou sur le terrain. Eh bien les Corses ont montré hier soir que tout le monde était capable de se tenir, de se concentrer sur le jeu et d'offrir une belle qualité de football. On ne leur demande rien d'autre, à eux comme aux autres. Pour les Lyonnais, c'est la soupe à la grimace. Après un piteux nul à Brest et un sinistre Olympico, cette raclée vient sanctionner une nouvelle prestation indigne d'une équipe qui joue le titre, voire le podium.

Rennes, qui n'avait déjà plus beaucoup d'espoir, a concédé une défaite pas forcément méritée - notamment au vu de la seconde période - à Reims. Jouer sans Féret ni Alessandrini, c'est trop pour les Bretons. Montpellier, qui restait sur 8 victoires consécutives à la Mosson, a dû concéder le nul face à une équipe de Troyes qui ne lâche rien et continue à y croire et Lille a vu sa belle série de 5 victoires d'affilée s'achever brutalement au Grand Stade devant Evian.

Match plein pour Kalou

Alors il ne faut pas s'arrêter au seul résultat. Les Nordistes se sont créé beaucoup d'occasions, Laquait a sorti quelques très jolies parades, et Kalou a été le héros malheureux de ce match : c'est lui qui ouvre le score, c'est encore lui qui donne l'avantage à ETG en détournant involontairement dans son but une tête non cadrée de Koné et c'est toujours lui qui rate le péno qu'il venait lui-même d'obtenir. Un match plein pour l'Ivoirien…

Ce qui est surtout rageant pour les Lillois, c'est de ne pas avoir profité des faux-pas de leurs adversaires. Maintenant, ce revers s'apparente plus à un coup du sort comme toutes les équipes en connaissent dans une saison, qu'à un coup d'arrêt. Reste que Nice a un joli coup à jouer à Nancy, et vu ce qui s'est passé pour l'OM, l'OL et le LOSC, le Gym sera sans doute très méfiant à Picot. 

Et puis évidemment, cela rend le Sainté-PSG de ce soir extrêmement important pour les deux équipes. Si ce match suit la tendance de cette 29e journée, ça se terminera sans doute par un nul. Mais s'il offre un vainqueur, celui-ci fera quoi qu'il arrive une sacrée affaire. Sainté se positionnerait vraiment comme un candidat à la Ligue des Champions - et pas forcément pour la seule 3e place. Quant au PSG, une victoire à Geoffroy-Guichard - sans Lucas, Ménez, Verratti ni Motta - lui offrirait une vraie option pour le titre.

On parle toujours de "moment charnière" dans une saison. Ce Sainté-PSG en est un. Si exceptionnellement, ça pouvait être un bon match, ça nous changerait un peu…

Pierrot

PS : Quelques lignes pour clore ce post à propos de la blessure contractée par Sidney Govou. Une fracture de la rotule est une blessure très grave pour un footballeur, quel que soit son âge. A l'âge de Sidney, c'est encore plus compliqué. Une pensée pour lui…