#10AnsCFC - Interview Éric Carrière : "La concurrence est forte entre consultants"

Posté par Communication sport le 14 Décembre 2018

Discret, humble, presque effacé, Éric Carrière a gagné sa légitimité à la force de la palette. Pour les vannes, ne comptez pas sur lui. Mais dès qu’il s’agit d’expliquer le jeu, il n’a pas d’équivalent.

 

Vos qualités de joueur – lecture du jeu, technique – vous ont-elles amené plus naturellement que d’autres vers le métier de consultant ?

Peut-être. J’ai beaucoup intellectualisé ce sport. De façon un peu forcée, d’ailleurs, car quand on n’a pas les qualités des autres, au niveau athlétique notamment, pour exister il faut être dans l’anticipation, la lecture et la compréhension du jeu.

Consultant était donc une suite logique. CANAL+ vous a contacté avant la fin de votre carrière ?

J’ai joué avec Dominique Armand à Muret, en National. Lui a fait carrière à CANAL+ et, bien plus tard, il m’a dit en effet que mon profil plaisait chez eux et m’a demandé si ça m’intéressait. J’étais encore joueur à l’époque, mais dès la fin de ma carrière, j’ai essayé. J’ai commencé sur Foot+, puis il y a eu "Les Spécialistes". Mon parcours à CANAL+ ressemble à mon parcours de joueur, j’ai besoin de gravir les échelons petit à petit.

Comment en êtes-vous arrivé jusqu’au plateau du CFC en 2012 ?

Mon baptême du feu au CFC, c’était lors de la soirée spéciale qui avait duré jusqu’à 3 heures du matin après un PSG-OM.

Oui, celle avec Pierre Ménès en pyjama.

Exactement. Moi, j’étais moins sur le registre pyjama que sur celui de l’analyse du jeu, mais il en faut pour tous les goûts. Et heureusement parce qu’avec moi tout seul, certains se seraient vite endormis (rires) !

Il vous a fallu un temps d’adaptation ?

J’ai débarqué sur une grosse machine. C’est beaucoup plus compliqué pour un consultant. Je me souviens qu’au début, le réalisateur me disait : "Pense à parler fort." C’est vrai qu’à la télé, l’intonation et le volume de la voix ont de l’impact. Ça, ce n’est pas mon point fort.

Du coup, on vous sent plus à l’aise au commentaire.

Oui, on vous voit vingt secondes au début et après, on vous entend seulement, vous n’avez plus à gérer l’aspect visuel. Au CFC, il faut gérer l’aspect visuel, le fond de votre propos et le timing. Et quand on a parlé d’un sujet, c’est fini, on n’y revient plus. Moi, je suis très attaché aux règles, donc quand Hervé me dit : "Il faut faire court" ou qu’il me donne la parole tout en me faisant signe de conclure avec sa main, ce n’est pas évident. Mais c’est enrichissant, ça fait bosser la concision. Et puis au CFC, on ne peut pas se montrer trop technique non plus. Sinon, on va perdre des gens en route.

Existe-t-il une rivalité entre consultants ?

Bien sûr. La concurrence est forte. Quand je suis arrivé, il y avait d’autres consultants. Certains sont partis, d’autres se sont peut-être dit : "Tiens, Éric est en train de passer devant" et ce sera pareil pour moi un jour. L’essentiel, c’est d’être soi-même. Au début, quand j’ai commencé, on venait me voir pour me dire : "Oh Éric, faut que t’envoies plus !" Mais envoyer quoi ? Moi, je ne sais pas faire du Pierre Ménès. J’ai de l’humour, mais en privé (rires).

Vous considérez-vous comme un vulgarisateur tactique ?

Absolument. C’est quelque chose qui me tient à coeur d’être compris par le plus grand nombre. Je n’ai pas un vocabulaire élaboré, j’utilise des mots simples. Ce qui me fait plaisir, c’est quand des gens qui ne connaissent pas forcément bien le foot ont compris un concept que j’ai expliqué.

Animer une émission dédiée à la tactique où vous pourriez aller plus loin dans le décryptage du jeu, ça vous intéresserait ?

Clairement. Mais je ne suis pas un homme de télé. J’en fais et je me suis adapté aux codes, mais je n’en suis pas dépendant et je ne suis pas dans la démarche de proposer quelque chose.

Peut-être que je devrais...

 

 

Extrait du livre collector spécial 10 ans du Canal Football Club aux éditions Marabout, disponible en librairie.

 

Retrouvez les meilleurs moments du Canal Football Club : mycanal.fr/theme/emissions/pid1323-canal-football-club.html