« Roi de la vanne » envoie valser toutes les idées qu’on avait sur le métier de comique
Posté par Création CANAL+
« Roi de la vanne » revient tous les dimanches sur Canal+ pour une saison 2. Vous pensiez qu’humoriste était un job de rêve ? Détrompez-vous !

On y retrouvera Guillermo, comique belge (interprété par le comique belge Guillermo Guiz, donc, qui officie aussi sur France Inter), chroniqueur à la télévision française. Embrouilles, rivalités, censure, panne d’inspiration : cette shortcom méta nous plonge dans le quotidien un peu lose d’un comique dont tout le monde attend qu’il fasse rire en permanence. Et déconstruit les mythes qu’on avait sur ce métier finalement pas si drôle… 
 

Idée reçue n° 1 : Un comique trouve des blagues tout le temps, sans effort. Non, les sketchs ne s’écrivent pas tout seuls : c’est un vrai travail, plutôt ingrat. Et il n’y a pas que les chefs de Guillermo qui lui demandent d’être une infatigable usine à punchlines : ses proches aussi, à commencer par sa copine. Ce qui énerve passablement le comique : « Tu crois que ça me fait marrer, d’écrire des blagues ?! »
 

Idée reçue n° 2 : En France, on aime l’humour irrévérencieux. En arrivant au pays de Desproges, le Belge Guillermo pensait qu’il allait pouvoir rire de tout. Raté : il se heurte vite à la censure de sa chaîne, qui goûte peu à ses blagues sur la sexualité de Yannick Noah et lui reproche de ne pas faire d’humour assez « familial », alors que « putain, si à 12 ans tu n’as pas fait ton chlamydia, tu es la risée de l’école ! »
 

Idée reçue n° 3 : Être comique, c’est glamour. Guillermo et ses amis galériens, loin de Paris, des Zénith et des groupies, sont obligés d’accepter de jouer devant des comités d’entreprises peu sexy ou des publics bas du front. Et quand Guillermo rencontre enfin une fan, elle le prend pour Jérémy Ferrari !
 

Idée reçue n° 4 : Sa famille doit être très fière de lui. Ses parents pourraient être admiratifs, soutenir leur fils et au moins, regarder ses chroniques. Au lieu de ça, ils lui reprochent amèrement de s’être payé la tête de Garou ou lui demandent d’intervenir en leur faveur auprès du bougmestre pour une histoire de clôture… 
 

Idée reçue n° 5 : Ses proches sont ravis d’être dépeints dans ses sketchs. Sa copine n’est pas vraiment flattée de servir de muse à son amoureux, qui n’hésite pas à piocher dans leur vie de couple pour nourrir ses chroniques. (« Comment ça, “ma copine simule plus que l’équipe d’Italie” ? Je veux que tu arrêtes de parler de moi ! ») Bref, pas évident de travailler dans ces conditions pour Guillermo, qui « en chie du béton avec ces chroniques à la con »… 
 

Roi de la vanne, saison 2, 15 épisodes de 3 minutes, chaque dimanche en clair à 13h50 à partir du 7 octobre sur Canal+.