Qui est Céline Pham, la chef qui bouscule la food parisienne ?

Posté par Création Documentaire
Dans la saison 2 de « Les Paris du globe-cooker », Fred Chesneau rencontre une collègue : Céline Pham, l’une des cuisinières les plus talentueuses de sa génération.

Un brunch comfort food, avec des œufs bénédicte, un banh mi revisité, des pancakes au bacon, un gros chou rôti à la sauce sésame… Avec le menu (hautement « instagrammable ») qu’elle a imaginé à la rentrée 2018 pour le restaurant Papilles, dans le IXe arrondissement de la capitale, Céline Pham a affolé toute la sphère food parisienne. 

Cette jeune trentenaire que les gastronomes suivent à la trace et que les meilleures tables s’arrachent n’en est pas à son coup d’essai.

Après avoir grandi dans le Val-d’Oise et baigné dans la cuisine vietnamienne, observant les femmes de sa famille concocter de bons petits plats, elle entreprend des études de médiation culturelle à Paris et commence sa carrière dans l’industrie du disque, chez Pias. Mais l’appel des fourneaux est plus fort. 
 

Elle bifurque alors et se forme à la prestigieuse école Ferrandi, avant de rejoindre les rangs des cuisines les plus modernes de Paris, comme Septime, la tête de pont de la bistronomie.

Mais pas question de s’encroûter : en 2014, la jeune femme devient indépendante et cuisine à la demande, « pour deux ou deux mille convives ». Parmi ses clients, Comme des garçons, Chloé ou Ruinart.

Ce qui n’empêche pas cette « bernard l'hermite de la cuisine » (comme l'appelle Fred) surbookée de faire des résidences à guichets fermés dans des restaurants, tels Fulgurances (Paris XIe) en 2017. On parle encore de ses crevettes panées au riz soufflé et de son sorbet au basilic thaï…

Son style ? Une cuisine fusion audacieuse, pleine de personnalité et de saveurs, inspirée autant par la tradition française que par les recettes de sa mère et sa grand-mère.

La chef, qui tient aussi une table d’hôtes ultra secrète, n’a pas peur de bousculer les codes : dans son pho (la soupe nationale vietnamienne), Céline Pham a glissé… du parmesan ! 
 

Engagée, cette surdouée vise une cuisine « juste (dans le choix des produits, la démarche anti-gaspillage, le souci écologique) et franche (sans esbroufe, sincère et immédiate) », comme elle l’expliquait à Vogue. On n’a pas fini d’en entendre parler, et c’est tant mieux.
 

Les Paris du globe-cooker, saison 2, Création Documentaire, 6 épisodes de 52 min, sur CANAL+ et myCANAL.