Qui es-tu Al Gore, inlassable défenseur de la cause écologique ?

Le documentaire Une suite qui dérange (à voir dès maintenant sur myCANAL), la suite d’Une vérité qui dérange, suit l’ex-vice président américain dans son combat pour la planète. Un militant passionné qui a su rebondir après sa défaite à l’élection de 2000.
Posté par Les documentaires CANAL+

À chaque plan d’Une suite qui dérange, on voit Al Gore se démener pour nous sauver de la catastrophe écologique. 

Des stations scientifiques sur la calotte glaciaire du Groenland jusqu’aux réunions électriques avec le ministère de l’Énergie indien à Delhi, le démocrate sillonne la planète et est à l’aise partout.

Tribun passionné, as du storytelling, il enchaîne les présentations PowerPoint, les photos avec ses fans et les coups de fil aux décideurs pour les rallier à sa cause. 

Et pourtant, personne n’aurait parié qu’après sa défaite serrée en 2000 à l’élection présidentielle contre George W. Bush, le démocrate, qui se traînait un peu une image de loser, deviendrait un tel héros écolo.

Ce fils de sénateur, qui a étudié à Harvard (avec Tommy Lee Jones pour colocataire !), a entamé une carrière de journaliste militaire avant de se lancer en politique. 

D’abord élu à la Chambre des représentants en 1977 puis réélu, il devient sénateur en 1985, puis vice-président de Bill Clinton en 1993.

Un peu en retrait face au flamboyant président, il n’en demeure pas moins un « vice » actif, et un des pères fondateurs d’Internet. 

Après la course à la Maison-Blanche, il deviendra un businessman avisé, lançant une société qui investit dans des entreprises respectueuses de l’environnement.

Mais surtout, il se donnera une mission quasi-sacrée : la lutte contre le réchauffement climatique.

Une carrière inattendue pour celui qui n’a pas perdu son sens de l’humour (« Je suis l’ex-futur président des États-Unis », disait-il au début de ses conférences), avec un « écolo show » bien huilé qui a fait ses preuves. 

Le premier documentaire qui était consacré à son combat, Une vérité qui dérange (2006), avait éveillé les consciences.

Dans la foulée, Al Gore avait obtenu le prix Nobel de la paix.

Son style, sa façon de se mettre en avant et d’avoir l’air d’être perpétuellement en campagne, agacent ses adversaires ? Peu importe : la méthode Gore porte ses fruits. Et avec le nouveau président des États-Unis, il ne risque pas d’être au chômage de sitôt… 

Une suite qui dérange : le temps de l’action, Documentaire, à voir sur myCANAL.