Pourquoi Noire n’est pas mon métier a chamboulé le cinéma français

Paru l’an dernier, l’essai d’Aïssa Maïga, dont l’adaptation documentaire sera à voir prochainement sur CANAL+, a provoqué une large prise de conscience.
Posté par Création Documentaire

C’est un petit livre paru chez Seuil en mai 2018 qui, épais de ses 128 pages, a chamboulé l’industrie du cinéma, dans la foulée de #OscarsSoWhite et #MeToo.

Avec un titre percutant, Noire n’est pas mon métier, qui sonne comme un manifeste – et justement, c’en est un. En photo sur la couverture de cet essai qui a fait couler beaucoup d’encre à juste titre, des comédiennes noires ou métisses, déterminées.

Nadège Beausson-Diagne, Maïmouna Gueye, Eye Haïdara, Rachel Khan, Sonia Rolland… Chacune de ces quinze professionnelles, célèbres ou moins connues, a accepté de témoigner à la demande de l’actrice Aïssa Maïga, racontant les préjugés et discriminations racistes qu’elles subissent dans leur profession.
 

Brisant le silence, chaque chapitre raconte sans prendre de pincettes une histoire hélas tout sauf anecdotique, encore plus absurde que la précédente.

Castings humiliants, questions comme « sais-tu faire "l’accent africain" ? » (sic), rôles rares et toujours très connotés (pas question pas exemple de pouvoir incarner une avocate), harcèlement sexuel… Les comédiennes issues de la diversité sont sous-représentées, sinon « invisibilisées ».

À la lecture de cet ouvrage militant, féministe, il y a de quoi s’arracher les cheveux, tant le chemin qu’il reste à parcourir est long, dans le cinéma français, mais aussi la télévision et le monde culturel en général. 
 

Le livre paraît peu avant le festival de Cannes. Pour un maximum d’impact, les actrices montent ensemble les marches le 16 mai 2018, poing levé. Un mouvement est né (quatre jours après une autre montée des marches militante et 100 % féminine, emmenée par Cate Blanchett et Agnès Varda).

Il provoque un émoi important en France, où on commence alors, enfin, à prendre conscience du problème.

Aïssa Maïga et ses consœurs enchaînent les interviews, les débats, les universités d’été, pour faire changer les mentalités.

« On aimerait que le cinéma nous intègre telles que nous sommes aujourd'hui, pas comme des images d'Épinal. Nous ne voulons pas être une caution diversité », expliquait alors Rachel Khan. Il serait temps, en effet.
 

Noire n’est pas mon métier, bientôt sur CANAL+.