Meilleurs ennemis : Les Anglais parlent-ils le normand ?

Dans Meilleurs Ennemis, le nouveau documentaire de Benjamin Carle, on apprend que les Anglais ont été très influencés par le français. Explications.

C’est quelque chose qui ne doit pas beaucoup plaire aux Britanniques (ou dont ils n’ont pas forcément conscience), et pourtant…

Dans la Création Documentaire Meilleurs ennemis, qui explore les rapports compliqués mais passionnants entre France et Grande-Bretagne, l’émérite linguiste Henriette Walter donne une information surprenante.

« Selon les estimations, entre 60 et 70 % du vocabulaire anglais est d’origine française, ou vient du latin. C’est énorme. On ne peut pas parler anglais si on retire le français… » explique la chercheuse. 
 

Cet apport provient principalement de l’anglo-normand, le dialecte qu’on parlait à la cour des rois en Angleterre, après la conquête de l’île par Guillaume le Conquérant, le duc de Normandie, en 1066.

Un parler qui a même été la langue officielle de la cour jusqu’au XIVe siècle. Il faut dire qu’à l’époque, le peuple anglais était « désuni linguistiquement ».

Église, justice, aristocratie : les couches supérieures de la société adoptent alors le normand tandis que les plus modestes continuent de parler les dialectes anglo-saxons. 
 

Une langue qu’on serait bien en peine de comprendre aujourd’hui… Mais dont les réminiscences dans l’anglais moderne sont bien présentes, même si les mots ont bien sûr été déformés.

Par exemple, garden vient du normand septentrional gardin (qui ressemble à notre « jardin » actuel), pocket de pouchette (poche, en normand), cat (chat) se disait aussi cat en normand, botèle (bouteille) a donné bottle, chucre (sucre) est devenu sugar, itou (aussi) s’est transformé en too, marchi (marché), en market
 

Plus tard, le français (et plus seulement le normand) continuera d’influencer l’anglais.

Marque de prestige et de distinction sociale, on l’enseigne dès le XIIe siècle aux enfants des familles aisées.

Les mariages royaux franco-anglais assoient encore plus l’impact de la langue, qui devient celle de la diplomatie, de la culture. Avant de perdre du terrain après la Révolution française : l’anglais finit par dominer en Europe. 
 

Cependant, le français n’a pas dit son dernier mot. Il suffit de voir le nombre d’expressions de la langue de Molière employés par les anglophones, à commencer par le vocabulaire amoureux…

« C’est la vie », comme diraient les Anglais.
 

Meilleurs ennemis, Création Documentaire, à partir du 18 septembre sur CANAL+ et myCANAL.