French kiss, French fries… 5 choses que l’on attribue à tort aux Français

Dans French Loving, documentaire à voir dès le 17 avril sur CANAL+, on voit que la France n’a rien perdu de son pouvoir de séduction auprès des étrangers… qui nous attribuent également des inventions tout sauf françaises. En voici quelques-unes.
Posté par Création Documentaire

Le French kiss
 

C’est un baiser légendaire aux yeux du reste du monde. Pourtant, malgré notre réputation de pays de l’amour, rien n’indique qu’il s’agisse d’une invention française : il est d’ailleurs déjà mentionné dans le Kamasutra hindou (VI-VIIe siècle).

Pourquoi ce nom alors ? Il daterait de la Première Guerre mondiale, lorsque les soldats américains ont vu avec quelle fougue les Français s’embrassaient… et a ensuite été popularisé par les films hollywoodiens (ci-dessus dans Autant en emporte le vent).
 

Les French letters
 

On appelait jadis les préservatifs (ici dans American Pie) des « capotes anglaises » ? Les Anglais, eux, avaient le même type d’argot avec les « French letters »…

Ni anglais ni français, ils existaient en réalité déjà en Égypte 3 000 ans avant Jésus-Christ.

Pourquoi French ? À cause du préjugé que « tout ce qui est français est vicieux, sexuel et décadent », explique l’encyclopédie Word and Phrase Origins. Sympa.
 

Le French leave
 

Si on dit « filer à l’anglaise », les anglophones parlent plus volontiers de fuite à la française…

Car apparemment, au XVIIIe siècle en France, il était de bon ton de quitter une fête sans dire au revoir à ses hôtes.

Mais nos voisins tchèques, russes, italiens, ukrainiens ou polonais disent aussi « filer à l’anglaise », et certains parlent même du « au revoir irlandais »… Il est donc difficile de retrouver la paternité de cette coutume, qui avait aussi cours en Angleterre.
 

Les French fries
 

Comme pour de nombreux mets, l’origine de la frite (ici dans Supersize Me) reste obscure et controversée.

Les Belges disent qu’elle vient de chez eux, où elle aurait été inventée à Namur au XVIIe siècle, et bien sûr, les Français aussi, avec les « pommes du Pont Neuf », la street food de la Révolution.

Les Américains auraient-ils choisi leur camp en utilisant l'expression French fries ? Non : il s’agirait d’une homonymie avec le vieil irlandais « french », « couper en morceaux », tout bêtement…
 

Le French dressing

Il n’y a rien de moins français que cette sauce pour salade qui n’a pas du tout cours de ce côté de l’Atlantique.

À l’origine simple vinaigrette, cette sauce vintage des années 50 s’est transformée en mélange crémeux à base de ketchup-mayo-moutarde-vinaigre-sucre-céleri (rayez les mentions inutiles) qui va de l’orangeâtre au rouge vermeil.

Cela dit, avec notre « sauce américaine » pour homard (bien française), il y a de quoi en perdre son latin… 
 

French Loving, Création Documentaire, le 17 avril sur CANAL+ et myCANAL.