Comment le foot a redonné espoir aux jeunes migrants de « Just Kids »
C’est une histoire poignante et incroyable que raconte le documentaire « Just Kids » : la naissance d’une équipe de football atypique, uniquement composée de mineurs africains arrivés seuls à Paris en quête d’une vie meilleure. Leurs conditions de vie sont difficiles, mais le sport va les aider à surmonter les obstacles.
Posté par Création Documentaire

Quand ils se sont retrouvés dans les locaux d’une permanence juridique parisienne venant en aide aux jeunes migrants, les futurs joueurs de Melting Passes ne se connaissaient pas. Tous avaient un parcours un peu similaire, mais venaient de pays différents. Dian Malal, 16 ans au début du tournage, de Guinée-Conakry. Issouf,16 ans, de Côte d’Ivoire. Steve,17 ans, du Cameroun…

Ils ont laissé tout ce qu’ils avaient au pays, en premier lieu leur famille, pour entreprendre un voyage périlleux vers l’Europe. Arrivés à Paris, ils se rendent compte que leur parcours du combattant ne fait que commencer. Et qu’ils sont bien seuls face aux difficultés.
 

Maud, étudiante en droit et bénévole à la permanence, comprend tout de suite que le sport peut les aider à « créer du lien social entre eux ». La jeune femme monte une équipe de foot, Melting Passes.

Avant ça, « je ne connaissais personne ici je n’avais rien à faire », résume Dian Malal. Issouf abonde : « Je ne pensais même plus au foot. » Grâce aux entraînements hebdomadaires, les jeunes sortent peu à peu du désœuvrement. Avec un tournoi tous les samedis, ils sont obligés d’être sérieux et assidus.

Ça marche : très vite, ils sortent victorieux de matchs, contre des équipes plus âgées et expérimentées. 
 

Une équipe soudée

Sur le terrain, ils décompressent, loin des problèmes administratifs et des juges… Peu à peu, ce projet fédérateur permet aux jeunes de prendre confiance en eux. Ils apprennent à se connaître, forment une équipe soudée.

Et retrouvent le sourire, malgré les difficultés, à l'image de Steve, qui n’arrive pas à faire reconnaître sa minorité et à être pris en charge.

Une vraie complicité se crée entre les joueurs au fil des matchs. Ils se font des remontrances quand il le faut, ou au contraire s’applaudissent, prennent soin les uns des autres quand ils se blessent, s’encouragent : « On joue ensemble, on est une équipe ! » 
 

Des mômes avant tout

Avant les matches, ils se ressemblent en cercle, bras dessus bras dessous, et prient. Ensemble et concentrés face aux autres équipes, ils n’en perdent pas leur sens de l’humour. Des adversaires les traitent de « blédards » ? « On va leur montrer, ce que c’est, le foot des blédards ! »

Au-delà des victoires, le plus important, c’est qu’ils redeviennent, ensemble, ce qu’ils avaient oublié qu’ils étaient : des mômes. Qui se chambrent, se chamaillent, postent des photos sur les réseaux sociaux… Et une fois sortis des vestiaires, les amitiés restent. Comme le dit Issouf : « Ici, j’ai trouvé une nouvelle famille. » 
 

Just Kids, une Création Documentaire à découvrir dès le 7 novembre sur CANAL+ et à la demande sur myCANAL.