Aïssa Maïga, l’actrice qui a brisé le silence avec Noire n'est pas mon métier

On pourra bientôt découvrir sur CANAL+ l’adaptation documentaire du livre-manifeste de la comédienne, qui a chamboulé le cinéma français au dernier Festival de Cannes. Une comédienne dont le talent n’est plus à prouver.
Posté par Création Documentaire

Le 16 mai 2018, seize actrices noires et métisses montaient les marches lors du Festival de Cannes, le point levé, sur fond de « Diamonds » de Rihanna, pour dénoncer les discriminations dont elles font l’objet.

L’image a fait le tour du monde. À l’origine de ce joli coup, qui provoqua une onde de choc mondiale, Aïssa Maïga. Une figure du cinéma français, qui reste pourtant discrète, à son corps défendant . Elle a même parfois été écartée des affiches de films…
 

Cette actrice de 43 ans, qui a grandi à Paris, s’intéresse très tôt au cinéma. C’est une professeur de français qui, grâce à une comédie musicale, lui donne le goût du jeu. La lycéenne se produit alors au théâtre.

Bientôt, elle joue dans son premier long-métrage, Saraka Bô de Denis Amar (1997), avec Richard Bohringer et Yvan Attal.

Ensuite, l’actrice peine à trouver des rôles, avant de faire une apparition chez Michael Haneke, dans Code inconnu (2000). Elle persévère.

Jusqu’au personnage qui la révèle, en 2005 : celui de Kassia dans Les Poupées russes de Cédric Klapisch, dont Romain Duris va tomber sous le charme, au grand dam d’Audrey Tautou. 
 

Dès lors, les succès s’enchaînent. Dans le cinéma d’auteur ou les drames, de Caché (Haneke, 2005) à L’Écume des jours (Michel Gondry, 2013), dans lequel elle entretient une relation tumultueuse avec Chick (Gad Elmaleh), en passant par Je vais bien, ne t’en fais pas de Philippe Lioret (2006), dans le rôle d’une amie de Lili (Mélanie Laurent).

Mais aussi dans des comédies, comme Ensemble, c’est trop de Léa Fazer (2010), ou Il a déjà tes yeux, de et avec Lucien Jean-Baptiste (2017). 
 

Bref, les choses marchent plutôt bien pour l’actrice. Mais elle prend un jour conscience qu’elle est l’une « des seules comédiennes noires identifiées dans le paysage ». Elle décide alors en 2018 de porter un combat jusqu’à présent silencieux, avec le manifeste Noire n’est pas mon métier.

On pourra bientôt voir sa version documentaire sur CANAL+, tournée par l’actrice entre États-Unis, Brésil et Irlande, qui analyse la situation à l’étranger, « pour essayer de trouver des solutions positives afin que la diversité soit davantage représentée à l'écran », expliquait-elle à Grazia.

Le seul magazine féminin à l’avoir mise en couverture en quinze ans de carrière … Le combat de l’actrice, à l’affiche du Garçon qui dompta le vent de Chiwetel Ejiofor, est donc loin d’être gagné.
 

Noire n’est pas mon métier, bientôt sur CANAL+.