5 femmes travesties qui ont marqué l’histoire
Posté par Création Documentaire
Dans « Kings », à voir dès maintenant sur CANAL+ Décalé, des personnalités féminines se déguisent en hommes. Comme de nombreuses aventurières ou intellectuelles l’ont fait avant elles, pour des raisons variées… Voici cinq d’entre elles.

Mary Read, la terreur des mers
 

C’est l’une des femmes les plus célèbres de la piraterie. Cette Anglaise du XVIIe siècle sera pirate, puis corsaire, puis de nouveau pirate, en se faisant passer pour un homme, aux côtés de Jack Rackham et de sa femme Anne Bonny, également travestie.

La légende dit qu’avant de tuer ses ennemis, elle leur montrait ses attributs féminins, pour prouver qu’une femme pouvait se battre aussi bien qu’un homme.
 

George Sand, écrivain en redingote

Née Amantine Aurore Lucile Dupin, la romancière prolifique au pseudonyme masculin a fait autant scandale à cause de ses amours agitées que ses tenues d’homme.

Elle les portait de temps en temps, par économie, pour forcer les portes des lieux interdits aux dames, mieux coller à son personnage de femme de lettres pipe et surtout pour s’émanciper de la société si corsetée du XIXe siècle.

Calamity Jane, une amazone chez les cow-boys
 

Difficile de démêler le vrai du faux chez cette figure mythique de la conquête de l’Ouest, qui participa à un spectacle autour de sa propre légende, le Wild West Show, avec Buffalo Bill.

Ce qui est sûr, c’est que cette aventurière nomade, éprise de liberté, qui montait à cheval et tirait au pistolet, s’habillait comme un homme pour vivre comme elle l’entendait. Elle n’a cessé, depuis, de fasciner la pop culture. 
 

Mathilde de Morny, la marquise vilipendée
 

Cette dandy au féminin fut l’objet de tous les scandales : marquise divorcée, extravagante et fortunée, elle entretient ses maîtresses (notamment Colette), se fait appeler « Max », porte le cheveu court et le costume trois pièces.

À la fin de sa vie, elle subit une hystérectomie et l’ablation des seins. Avant de se suicider en 1944, à 81 ans. C’est sûrement la figure la plus conspuée de toute la Belle Époque, pas toujours très progressiste...

Madeleine Pelletier, chapeau melon et volonté de fer

Féministe, intellectuelle, militante de gauche et première femme médecin diplômée en psychiatrie en France, Madeleine Pelletier (1874-1939) s’est battue toute sa vie pour faire avancer les droits des femmes. En portant un costume d’homme, sans demander de « permis de travestissement » à la préfecture de police.

Pour cette pétroleuse transgressive, la virilisation était le gage de l’émancipation de la femme. Des problématiques qu'on retrouve finalement encore, un siècle plus tard, en pointillé dans Kings...

Kings, Création Décalée, 10 épisodes de 10, sur CANAL+ Décalé et myCANAL.