5 choses invraisemblables que vous ignoriez peut-être sur la Lune

À l’occasion de la nuit La tête dans la lune (le 10 juillet sur CANAL+), qui célèbre les 50 ans de la conquête de notre satellite naturel, on se penche sur ce petit point blanc qui fait briller nos nuits.

La Lune est déjà polluée
 

On imagine la surface grise poudreuse complètement déserte et pourtant, c’est déjà une déchetterie.

En six missions spatiales entre 1969 et 1972 et avec douze hommes qui ont foulé son sol, nous avons quand même réussi à y laisser 180 tonnes (!) de déchets : modules, sondes, outils scientifiques, mais aussi poches d’urine et tongs.

Le catalogue des 809 objets, disponible sur le site de la NASA, est un inventaire à la Prévert qui vaut le coup d’œil. 
 

Elle sert de dernière demeure à quelqu’un
 

Eugene Merle Shoemaker, géologue et astrophysicien américain, découvreur de comètes, spécialiste en cratères et pionnier de la planétologie dans les années 60, mort en 1997, est le seul humain à avoir été enterré (ou plutôt « enluné », devrait-on dire) sur la Lune.

Une partie des cendres de celui qui rêvait d’être astronaute ont été transportées sur le satellite par une capsule, qui s’est volontairement crashée à sa surface. 
 

La pleine lune nous empêche de bien dormir
 

Vous vous retournez dans votre lit les soirs de pleine lune ? Eh bien non, vous n’avez pas trop mangé et vous n’êtes pas un loup-garou : cette phase du cycle ne serait pas l’amie de nos nuits, et on perdrait même 20 minutes de sommeil à cause d’elle, selon une étude réalisée par l’université de Bâle.

En cause : la production de mélatonine, « l’hormone du sommeil », qui serait inhibée (mais tout ça est encore bien mystérieux). 
 

La Lune s’éloigne de nous, lentement mais sûrement

C’est grâce à des réflecteurs laser installés durant la mission Apollo 11 en 1969 qu’on le sait : le satellite (qui se trouve à 384 400 km de nous) s’éloigne d’environ 3,8 cm par an, essentiellement à cause des marées terrestres, qui provoquent une onde de choc et exercerait une force gravitationnelle.

Elle était d’ailleurs, à sa formation il y a 4,5 milliards d’années, seulement à 22 500 km de nous. Dans plusieurs milliards d’années, la Terre risque donc d’être bien moins accueillante.
 

Sans la Lune, la vie terrestre serait un enfer
 

Car si la Lune n’était pas là, l’axe de rotation de la Terre (actuellement inclinée à 23 degrés et des poussières) ne serait pas du tout le même. C’est elle qui le stabilise.

Les saisons n’existeraient plus et ce serait loin d’être une partie de plaisir, avec la moitié du monde congelée et l’autre brûlée…

Il n’y a d’ailleurs qu’à voir ce qui se passe dans The Dead Don’t Die, le dernier film de Jim Jarmusch, quand l’axe de la Terre est modifié, pour comprendre qu’on ne plaisante pas avec ça. 
 

Nuit La tête dans la lune, avec la Création Documentaire 8 jours, de la Terre à la Lune réalisée par Anthony Philipson, une coproduction BBC/PBS et CANAL+, en première partie de soirée, le 10 juillet sur CANAL+.