Pourquoi il faut (re)voir Hard de Cathy Verney

Avant de découvrir Vernon Subutex prochainement sur CANAL+, on se replonge dans la précédente série de la réalisatrice Cathy Verney : Hard, aussi drôle que déjantée.

Le pitch est simplement irrésistible : quand le mari de Sophie Rousseau (Natacha Lindinger), bourgeoise bon teint de Fourqueux (Yvelines), meurt brutalement, c’est la catastrophe.

Elle découvre que celui-ci était à la tête d’un petit empire du porno, et va devoir reprendre les rênes de la société, Soph’X, avec l’aide de son impayable belle-mère (Michèle Moretti), qui a un penchant pour les travestis d’un certain âge, et de son amie avocate (Katia Lewkowicz)…
 

Cette catholique un peu coincée sous son serre-tête, mère au foyer qui ne supporte pas de voir un corps dénudé, va puiser dans ses ressources pour se révéler une businesswoman avisée.

Chef d’entreprise opiniâtre et audacieuse, elle sera prête à assouvir les désirs les plus sulfureux de ses clientes avec sa société de « réalisation de fantasmes »
 

En décalage total avec la bonne société bourgeoise qui l’entoure et ses soirées entre voisines, Sophie va se libérer de son milieu et tous ses codes, en commençant par sortir avec un hardeur (Roy Lapoutre/François Vincentelli), qui plus est moins de six mois après la disparition de son mari.  

Peu importe ce qu’en pense le curé. Et en élevant ses deux ados comme elle peut. Pour former une famille dysfonctionnelle comme on les aime… 
 

Au sein de celle-ci, figure une toute jeune Fanny Sidney (photo ci-dessus), qu’on verra plus tard dans Casting(s), Dix pour cent ou Calls.

Également au casting, des pointures comme Denis Podalydès, Cécile de France ou Guillaume Gallienne, dans leur propre rôle, tout en dérision (« Je t’ai apporté mes derniers enregistrements de Proust »…).

Ou des seconds rôles très creusés de hardeurs non moins truculents, toujours prêts à rendre service, comme Philippe (Jean-Noël Cnokaert, photo ci-dessous), un adepte de la water torture au fort accent marseillais… 
 

Au-delà d’un portrait de femme forte qui s’affirme, s’émancipe et s’épanouit petit à petit, Cathy Verney donne aussi à voir en toile de fond un milieu du porno complètement déjanté, aussi absurde que grotesque, avec ses freaks très humains et attachants.

Une série feel-good et déculpabilisante en tous points, qui donnerait presque envie de monter son business…
 

Hard, Création Originale, 3 saisons en 30 épisodes de 26 min disponibles sur myCANAL.