De Dickens à Despentes, une brève histoire des séries cultes inspirées de romans

En attendant de voir bientôt sur CANAL+ Vernon Subutex, la série adaptée de la saga de Virginie Despentes, on rembobine l’histoire des adaptations littéraires les plus marquantes de la télévision.

L’histoire d’amour entre la littérature et la télévision est aussi vieille que la télévision elle-même. On se souvient, dès 1955, d’Alfred Hitchcock Presents.

Une grande partie des 268 épisodes de cette série culte est tirée des écrits d’auteurs comme Ray Bradbury ou Roald Dahl, ou de romanciers du XIXe
 

Les mêmes qui inspirent la BBC. Dès les années 60, la chaîne british se replonge dans ses classiques, produisant des mini-séries d’après Jane Austen, Charles Dickens ou Charlotte Brontë. Une façon de faire des programmes de qualité, qui plaisent à un public lettré.

Les États-Unis leur emboîtent vite le pas avec des mini-séries comme l'acclamée Racines, adaptée en 1977 du roman d’Alex Haley relatant l’histoire d’une famille afro-américaine.

Les prémices de l’âge d’or de la télévision US, qui arrivera à la fin des années 90. Et au cours duquel les séries littéraires se distingueront véritablement. Comme la cultissime The Wire (2002-2008). 
 

Pour cette série à l’ampleur romanesque inédite, le journaliste David Simon a fait mieux qu’adapter un roman : il a fait appel à plusieurs auteurs de polars reconnus pour l’écrire.

Car qui de mieux placé qu’un écrivain pour développer un univers vaste aux personnages bien campés ? Il n’y a qu’à voir Game of Thrones, d’après l’immense cycle medieval fantasy de George R.R. Martin entamé en 1991.

La richesse et la complexité de ses intrigues sont du pain bénit pour les cinéastes, et demande en même temps un énorme travail… 
 

Mais ceux-ci peuvent aussi, plutôt que de transposer fidèlement un roman en particulier, piocher dans l’univers d’un auteur.

C’est le cas de Castle Rock, la série événement de J.J. Abrams, qui rend hommage au boss de l’horreur en personne, Stephen King, avec des références dans tous les sens à Shining, Simetierre, Cujo, Salem, etc. 
 

Vu comme ça, il paraît plus simple d’adapter un seul roman en série.

Ou pas… High Fidelity, le roman rock 90’s de Nick Hornby, va par exemple faire l’objet d’une nouvelle adaptation, à la télévision. Mais dans le rôle principal jadis tenu par John Cusack, ce sera cette-fois Zoë Kravitz.

Le disquaire Rob Fleming, une femme ? De quoi corser un peu les choses… On croit connaître un livre par cœur et il trouve finalement une seconde vie à l’écran. Trouvant moyen de nous surprendre encore, des années plus tard !
 

Vernon Subutex, Création Originale, 9 épisodes de 30 minutes, le 8 avril sur CANAL+.