Philippe Katerine adooore Cannes et le cinéma

Posté par Rosario Ligammari le 21 Mai 2019
Le chanteur Philippe Katerine est un personnage facétieux dont l'univers absurde et naïf a séduit bon nombre de réalisateurs. Trois ans après Gaz de France, il retrouve Benoît Forgeard pour son nouveau film Yves présenté à la Quinzaine des réalisateurs. L'occasion de revenir ici sur le Katerine acteur.
Katerine, un chanteur aux deux visages

Philippe Katerine est ce qu'on appelle « un personnage ». Dans son parcours musical, on peut en distinguer deux. D'abord, dans les années 90 jusqu'au milieu des années 2000, à travers une pop easy listening aux accents bossa nova, Katerine incarne une espèce de dandy snob, à l'anglaise. Ensuite, à partir de Robots après tout en 2005, le chanteur prend un virage plus fantasque, évoluant dans une pop potache, loin du premier degré. La musique ne se suffisant à elle-même, l'image vient occuper une grande place – des pochettes de disques humoristiques aux clips qui accompagnent ses chansons comme des courts-métrages à part entière. Sans parler de ses concerts qui parfois ressemblent davantage à du théâtre qu'à une véritable performance musicale.

 

Derrière les blagues potaches, un personnage émouvant

Son dernier album s'intitule Le Film (2016) et il est évident que Katerine est fait pour le cinéma. La même année que Robots après tout (2005) sort Peau de Cochon, ovni qu'il réalise et dans lequel il joue. Il s'agit d'un long-métrage bricolé avec trois fois rien : farfelu et léger en surface, tourmenté en profondeur. Car si Philippe Katerine raffole de l'exubérance et des gags régressifs, c'est dans un registre plus mélancolique, avec une innocence enfantine, que l'acteur fait mouche et touche. Le meilleur exemple, c'est évidemment Le Grand Bain (Gilles Lellouche, 2018) : grâce au personnage pataud de Thierry, Katerine a reçu le César du meilleur second rôle. Chapeau : il fallait tout de même s'imposer face à des personnalités aussi fortes que Benoît Poelvoorde ou Mathieu Amalric.

Un acteur professionnel

Si Le Grand Bain lui fait gagner davantage de reconnaissance, Katerine n'est pas acteur depuis hier. En 2002 déjà, il apparaît dans La vérité sur Charlie de... Jonathan Demme (réalisateur du film Le Silence des agneaux, 1991). En revanche, la liste des metteurs en scène avec qui Katerine a tourné montre une grande cohérence avec son univers : les frères Larrieu (Peindre ou faire l'amour, 2005), Benoît Delépine et Gustave Kervern (Louise-Michel, 2008) ou encore Arielle Dombasle (Opium, 2013). Sans oublier Benoît Forgeard, bien sûr.

Le réalisateur à la poésie décalée et le chanteur adepte du non-sens étaient faits pour s'entendre. Ce n'est pas la première fois qu'ils travaillent ensemble : Katerine avait déjà le rôle principal dans Gaz de France du même Forgeard. Avec Yves, si le pitch est surréaliste (un type compose un disque à l'aide d'un frigo), le casting ne l'est pas moins : Katerine donne la réplique à l'ancienne miss Météo Doria Tillier et à l'ancien comédien de la série Soda William Lebghil.

Pour information, Yves clôturera la Quinzaine des réalisateurs : rappelons que l'ouverture s'était faite avec le Daim de Quentin Dupieux, un autre chantre du non-sens.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram