Olga Kurylenko, une actrice à la stature internationale

Posté par Rosario Ligammari le 7 Mai 2019
Originaire d'Ukraine, naturalisée Française et star internationale, Olga Kurylenko a pris son temps pour se révéler en tant qu'actrice. Depuis plusieurs années, elle est au devant de la scène cinématographique en détenant plusieurs rôles principaux dans des productions autant américaines que françaises comme Mara et Dans la brume diffusés en mai sur CANAL+.
Olga et la France

Olga Kurylenko et la France, c'est une histoire sans fin. A seize ans, elle est repérée à Moscou par un agent parisien : elle vient alors s'installer à la capitale pour devenir mannequin. Six mois lui suffisent pour apprendre notre langue : ça annonce implicitement une future connexion étroite avec la France qui devient rapidement son pays de cœur. Et son pays d'adoption : en 2001, elle est naturalisée Française. La suite de son parcours confirme cela. Olga Kurylenko tourne ses premiers films sous la direction de réalisateurs français : Le Serpent (Eric Barbier, 2007) et Hitman (Xavier Gens, 2007), des films français « à l'américaine ». Et même quand elle tourne sous la direction d'un Américain (Vincenzo Natali, réalisateur du culte Cube, 1999), c'est dans un segment du film à sketchs en hommage à la ville-lumière… Paris, je t'aime (2006).

De James Bond à la popularité internationale

En 2008, sa première apparition dans un long-métrage américain la propulse star. Et pour cause : Olga Kurylenko incarne l'incandescente James Bond Girl dans Quantum Of Solace (Marc Forster) aux côtés de Daniel Craig. On peut encore y voir un lien avec la France : dans le film, le méchant est interprété par... Mathieu Amalric. Sa carrière américaine démarre parallèlement : la même année que James Bond, elle joue dans Max Payne (John Moore).

Mais Olga Kurylenko n'oublie pas son pays natal, et plus exactement la région de son enfance : l'actrice est tête d'affiche de la Terre outragée (Michale Boganime, 2012), l'un des premiers films à traiter de la catastrophe de Tchernobyl. Dans la romance À la merveille (Terrence Malick, 2013), la France a encore son importance puisque le film a été en partie tourné au Mont Saint-Michel ; le titre rend hommage à l'abbaye dressée face à la mer.

2018, une synthèse de son parcours

Enfin, Olga Kurylenko est une habituée des films d'aventure : en plus de James Bond, elle a mis son talent au service de péplums (Centurion, Neil Marshall), de films tirés de comics (Oblivion, Joseph Kosinski, 2013) ou de jeux vidéos (les précités Hitman et Max Payne).

2018 illustre et résume son parcours à merveille. L'actrice fait encore un détour à Paris avec Dans la Brume de Daniel Roby, un réalisateur également directeur de la photographie. Elle tourne à nouveau en France pour L'Empereur de Paris (Jean-François Richet) et aux États-Unis pour le film d'épouvante Mara (Clive Tonge). Enfin, on la retrouve dans des films d'aventure (quoique loufoques dans leur genre), L'homme qui tua Don Quichotte (Terry Gilliam) et Johnny English contre-attaque (David Kerr).

 Olga Kurylenko possède désormais une filmographie à la fois riche et cohérente qui confirme son statut d'actrice internationale.

Dans la brume et Mara sont actuellement disponibles seulement sur myCANAL

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram