De Twilight au Labyrinthe, retour sur ces teen movies qui ont marqué les ados

Si l’on évoque Twilight, Hunger Games, Divergente ou encore Le Labyrinthe, la saga adolescente a tout du bon filon. Mais qui se souvient encore de Mortal Instruments, Eragon, Cœur d’encre ou À la croisée des mondes ? Pas grand monde. Explications.
Posté par Stéphanie Chermont le 16 Janvier 2019
Action et réflexion

Dans Le Labyrinthe : Le remède mortel, Thomas (Dylan O’Brien) a autant à jouer en actions qu’en émotions. Après les deux premiers opus réussis de la saga (Le Labyrinthe et Le Labyrinthe : La Terre Brûlée) également réalisés par Wes Ball, le troisième film conçu comme une suite des deux premiers fait état encore une fois d’une méthode qui marche en matière de ‘teen movie’.

En plus des effets spéciaux, d’un monde angoissant et de créatures toujours plus sombres, les acteurs et actrices du film possèdent une psychologie très travaillée où règnent amour, tendresse et amitié. On peut facilement s’identifier à eux, s’attacher et les envier. En bref : des héros modernes qui luttent dans un monde tout sauf utopique.

Le passage de l’adolescence comme résonnance

Trépidante, l’histoire du Labyrinthe et la tension qu’elle suscite au fur et à mesure des scènes est comparable à celle du succès Hunger Games, voire même de Twilight. L’univers fantastique, l’appel à des personnages tout droit sortis des livres, de l’imaginaire collectif, les fantasmes adolescents ou encore les histoires d’amour compliquées rappellent ce sentiment brusque et incontrôlable lié à l’adolescence. Tout est possible, même l’impossible. Combiné à une réalisation soignée, des effets maîtrisés et un scénario solide, c’est le succès assuré. Et c’est palpitant, à 15 comme à 80 ans. 

Le Labyrinthe : Le remède mortel en diffusion sur CANAL+  le vendredi 18 janvier à 21h07 et sur CANAL+ Décalé le samedi 19 à 09h13 et à 20h55.