Le foot est une affaire de femmes dans Comme des garçons

Posté par Rosario Ligammari le 2 Août 2019
Au cinéma, le sport peut être une métaphore efficace pour parler de l'émancipation des femmes. Avec Comme des garçons, Julien Hallard raconte la naissance de la première équipe de foot féminine. A travers cette histoire vraie, le réalisateur aborde justement comment un groupe de femmes va devoir s'imposer dans un milieu composé exclusivement d'hommes.
Première équipe de foot au féminin

Alors que la huitième coupe du monde féminine de football vient de s'achever pas plus tard que le 7 juillet dernier, Comme des garçons (Julien Hallard, 2018) tombe à point nommé. Pour son premier film, Julien Hallard n'a pas brossé un portrait de femme, ni d'un groupe de femmes mais, nuance, d'une équipe de femmes. Et pas n'importe laquelle : une équipe de football féminin. A Reims en 1969, il y a donc cinquante ans, des femmes férues de ballon rond veulent s'imposer dans un milieu où elles n'ont pas leur place puisqu'il est monopolisé par les hommes ; autant dire que n'est pas gagné d'avance. Tiré d'une histoire vraie, le film raconte en fait comment s'est créée de manière imprévue la première équipe de foot féminine en France.

Émancipation des femmes

A l'instar de Joue-la comme Beckham (Gurinder Chadha, 2002) sur une jeune fille indienne qui cache à sa famille qu'elle joue dans une équipe de foot féminine, Comme des garçons est avant tout un film sur la liberté et l'émancipation des femmes. D'ailleurs, dans les deux titres, on note les « comme », « comme Beckam », « comme des garçons » ; il s'agit en réalité de faire disparaître ce « comme » pour s'approprier le terrain de façon à ce qu'il n'y ait plus de différences notables. Dans ce même esprit, le film Une équipe hors du commun (Penny Marshall, 1992) relatait l'histoire de femmes qui s'associent pour créer une ligue de base-ball pendant que les hommes partent au front.

Le sport féminin comme une lutte pour l'égalité

Lorsqu'il s'agit d'évoquer le lien entre les femmes et le sport, l'idée d'aborder une "première" est récurrente : pour l'exemple, Moi Tonya (Craig Gillepsie, 2018) parle de Tonya Harding, qui fut la première femme à accomplir un triple axel dans une compétition majeure de patinage artistique. Mais le sport au cinéma est aussi une métaphore de lutte des femmes. Ce n'est sans doute pas pour rien qu'il est souvent question de sports de combats, comme dans deux films importants sur la boxe que sont Girlfight (Karyn Kusama, 2000) et Million Dollar Baby (Clint Eastwood, 2005). Le poing est avant tout levé. Cela est valable aussi avec le catch dans Les reines du ring (Jean-Marc Rudnicki, 2013).

Comme des garçons réunit ces deux aspects : en racontant l'histoire de la première équipe de foot féminine en France, le film parle de lutte pour l'égalité entre les deux sexes.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram