Le féminisme dans Captain Marvel décrypté par les émissions Canal+

Posté par Pierre Le Damany le 22 Mars 2019
Non, Captain Marvel n’est pas la première super-héroïne Marvel portée à l’écran en tant que personnage principal ; si le projet marche dans les pas du film Elektra (2005) et la série Jessica Jones (2015) qui adaptent tous les deux un personnage féminin issu de l’univers des comics,  Captain Marvel n’en a pas moins un rôle important dans l’histoire des films de super-héroïne et notamment ceux des studios Marvel.

« Les gamines du monde entier vont se déguiser en Captain Marvel. »

Dotée de pouvoirs plus puissants que n’importe quel héros du Marvel Cinematic Univers et introduite comme sauveuse des Avengers dans le dernier film éponyme, Marvel-Disney positionnait d’emblée le projet comme un message féministe fort. D’un autre coté la compagnie se voit accusée de vouloir surfer sur la vague féministe qui déferle sur Hollywood depuis quelques années. Alors vrai film engagé ou « féminisme-washing » ?

Dans L'hebd'Hollywood, Didier Allouch a pu s’entretenir avec Brie Larson et Samuel L. Jackson sur le sujet et les acteurs défendent fermement l’authenticité de la position féministe du film :

Brie Larson : « La représentation féminine à l’écran, c’est important. Il nous faut plus de complexité féminine à l’écran. Mon personnage et toutes les femmes de ce film, ça va ajouter à la conversation du moment. »

Samuel L. Jackson : « C’est au cœur du film, c’est donc bien loin de ce qu’on entend tout le temps : encore un film de super-héros avec pleins d’explosions partout… Mais il est important ce film et Captain Marvel va symboliser tant de choses que les héros Marvel ne symbolisaient pas jusqu’ici. Elle va être sur les murs des petites filles du monde entier. Les gamines vont toutes se déguiser en Captain Marvel. »

Pour voir ou revoir toutes les émissions de l'Hebd'Hollywood

« Le pur produit marketing de féminisme-washing de Marvel-Disney »

Cette vision du féminisme divise et rend sceptique certains membres du Cercle, présenté par Augustin Trapenard. Guillemette Odicino défend fermement le film en mettant le doigt sur le fait que Brie Larson n’est jamais sexualisée contrairement aux autres films de super-héroïnes : 

« La combinaison, elle est intégrale, on a l’impression qu’elle va plonger, il ne manque plus que les palmes et quand elle est habillée en civile, c’est jean et blouson d’aviation parce que, quand on sauve le monde, le regard des mecs ce n’est vraiment pas le moment ». La chroniqueuse appuie son idée en rappelant la phrase qui est au cœur du message féministe du film :  « Je n’ai rien à prouver. »

Un enthousiasme vite relativisé par le scepticisme des autres membres du Cercle :

Marie Sauvion entame le sujet en décrivant le film comme « Le pur produit marketing de féminisme-washing de Marvel-Disney » puis Murielle Joudet enfonce le clou : « L’emballage il est féministe, il est progressiste mais il se limite à un slogan de marque de fringues : tu es une battante, si tu tombes en faisant du tennis relève toi et moi ce qui me gêne vraiment c’est que le film se gargarise de cocher toutes les cases du progressisme, ce n’est que des enjeux de représentations. »

Enfin, Simon Riaux pose le mot de la fin : « Je préfère du marketing féministe à du marketing fasciste. »

Pour voir ou revoir toutes les émissions de Le Cercle

Refaire le coup du Wonder Woman de DC Comics. 

Finalement, le grille de lecture complémentaire à cette opposition entre message authentique et féminisme-washing se trouve peut-être dans la concurrence effrénée des deux frères ennemis dans le monde des super-héros de comics : Marvel et DC. L’équipe de Tchi Tcha en a fait le nouveau chapitre de leur feuilleton sur la guéguerre entre les deux franchises.

En effet cette année, les géants du divertissement de capes et d’effets spéciaux ont décidé de brouiller les pistes en s’inspirant mutuellement et c’est Marvel qui a donné le coup d’envoi. Avec Captain Marvel, le studio du regretté Stan Lee tente de refaire le coup du Wonder Woman de DC Comics, le premier film de super-héros réalisé par une femme et représentant une héroïne féminine avait remporté plus de 800 millions de dollars dans le monde. Plus d’un an plus tard Marvel dégaine sa super-héroïne Captain Marvel, alias Brie Larson actrice lauréate d’un Oscar en 2016 pour Room. Un duel de super-héroïnes qui avait déjà eu lieu entre la distribution du film Catwoman des studios DC en 2003 et le film Elektra des studios Marvel en 2005 ; deux films sortis à deux ans d’intervalles comme leurs petites sœurs en 2017 et 2019.

Pour voir ou revoir toutes les émissions de Tchi tcha

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram