Johnny English contre-attaque, un humour labellisé Rowan Atkinson

Posté par Rosario Ligammari le 2 Août 2019
En créant Mr Bean, Rowan Atkinson a donné un nouveau souffle à l'humour anglais tout en lui conférant une grande part d'universalité. Johnny English, autre personnage incarné par l'acteur, peut se voir comme un cousin de Bean. Et Johnny contre-attaque prouve que les facéties et les gags de l'acteur britannique sont inépuisables.
Le style d'humour de Rowan Atkinson

L'humour anglais pratique l'absurde en y ajoutant une pincée d'humour noir ; il tend aussi vers la dérision (et l'autodérision) sans être offensant, de surcroît avec une élégance qui n'appartient qu'à lui. Mr Bean, personnage burlesque et gaffeur, représente cet humour en s'inscrivant dans le prolongement du comique muet, en plus d'un esprit proche de celui de Jacques Tati, une influence revendiquée par Atkinson.

Crée par Rowan Atkinson lui-même alors qu'il était à l'université, Mr Bean devient à partir de 1990 une série qu'il écrit avec la complicité de Richard Curtis. Le scénariste est le roi incontesté des comédies romantiques anglaises, du film Le Journal de Bridget Jones (Sharon Maguire, 2001) à Love Actually (Richard Curtis, 2003) en passant par Yesterday actuellement en salles (Danny Boyle, 2019) jusqu'à Quatre mariages et un enterrement (Mike Newell, 1994). Dans ce dernier, Rowan Atkinson insuffle un véritable esprit comique avec son rôle de curé là encore maladroit.

Un personnage avant tout

L'humour de Rowan Atkinson est intemporel et universel : n'importe qui peut être réceptif à Bean, peu importe l'âge ou la langue – la série a d'ailleurs été diffusée dans pas moins de deux-cent pays. En fait, il n'est même plus à présenter : tout le monde connaît Mr Bean – et tout le monde a ri à ses facéties. C'est le concerné qui le décrit le mieux : « Un enfant dans le corps d'un adulte » ; un personnage de cartoon qui ne peut pas vieillir. Par extension, l'acteur lui-même n'a pas changé avec les années : on ne peut le dissocier de son personnage, de la série aux films qui mettent en scène Mr Bean (Bean, Mel Smith, 1997 ; Les Vacances de Mr Bean, Steve Bendelack, 1999).

Pour Johnny English, Rowan Atkinson lâche Bean afin d'endosser le costume d'un espion à trois reprises : Johnny English (Peter Hoiwitt, 2003), Johnny English, le retour (Oliver Parker, 2011) et Johnny English contre-attaque (David Kerr, 2018). L'humour fait écho au nom de l'espion, so british, mais c'est surtout du comique certifié 100% Rowan Atkinson.

Sa mission : faire rire

Si ces comédies portent le nom de leur « héros », c'est bien la preuve que toute la responsabilité comique repose sur leurs épaules, en plus d'être déclinés en suites façon « nouvelles aventures » de Mr Bean ou de Johnny English. Plus sophistiqué que Bean en même temps que cousin pas si éloigné, Johnny English serait en quelque sorte l'anti-James Bond. En guise de clin d’œil à l'agent 007, dans Johnny contre-attaque Rowan Atkinson partage des scènes avec Olga Kurilenko, ex-James Bond girl. Mais sa seule et véritable mission est la même : celle de faire rire. On pourrait le voir dans toutes les situations cocasses possibles tant qu'il incarne cet « enfant dans le corps d'un adulte ».

Intégrale Johnny English dès le 19 août sur CANAL+

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram