Jason Bateman, l'homme ordinaire à qui tout peut arriver

Posté par Rosario Ligammari le 25 Mars 2019
Star du petit comme du grand écran aux États-Unis, Jason Bateman incarne souvent ce type lambda à qui tout peut arriver, le meilleur comme le pire. Sans surprise, la nuit ne sera pas de tout repos dans Game Night, diffusé le 25 mars sur CANAL+.
Son nom est Jason, Jason Bateman

Il ne faut pas le confondre avec le super-héros de Gotham et encore moins avec le golden boy détraqué Patrick Bateman d'American Psycho (Bret Easton Ellis, 1991), on a affaire ici à un autre Bateman, Jason Bateman – à ne pas confondre non plus avec « le transporteur » Jason Statham. Souvent notre homme incarne un type normal, pour ne pas dire quelconque, en fait l'Américain moyen « qui présente bien » plongé dans des situations qui se présentent mal.

Son dernier film en date Game Night (John Francis Daley et Jonathan Goldstein, 2018) n'échappe pas à la règle. Ça c'est pour la partie cinéma. Dans la réalité, c'est pile l'inverse : aux États-Unis, Jason est une star du petit et grand écran et a priori tout va bien pour lui.

Star à la télé comme au ciné aux États-Unis

En France, le nom de Jason Bateman sonne moins comme une évidence. Il est temps de faire les présentations. Il commence sa carrière en 1981, à 12 ans, dans La petite maison dans la prairie et devient vite une star du petit écran en apparaissant dans des séries comme K2000, Ricky ou la Belle Vie, It's Your Move ou Valerie. Il débute au cinéma avec Teen Wolf 2 (Christophe Leitch, 1987). Depuis, il slalome entre séries et films.

En 2003, il a le rôle principal de la série Arrested Development ; il obtient le Golden Globe du Meilleur acteur en 2005. Il tourne deux fois avec un autre Jason, Reitman (dans Juno, 2008 ; In the air, 2010) et, comme on est jamais mieux servi que par soi-même, il est la vedette de ses propres réalisations (Bad Words 2014 ; La Famille Fang, 2017).

 

Acteur de comédie

A bien regarder sa filmographie, on constate que la comédie, c'est son rayon. Il est cet homme très idéaliste qui se fait sauver la vie par John Hancock dans Hancock (Peter Berg, 2008), un directeur de publicité rabaissé et manipulé par son patron dans Comment tuer son boss ? 1 et 2 (Seth Gordon, 2011 ; Sean Anders, 2014) ou encore un chargé de comptes qui se fait piquer son identité dans Arnaque à la carte (Seth Gordon, 2013), bref des rôles sur mesure dans des films bien déjantés qui font le bonheur aussi bien du grand public que des fins gourmets de la comédie américaine. 

Game Night se pose là. Il se place dans la plus pure tradition des screwball comedies, ces films burlesques qui abordent le thème de la vie conjugale sur le ton de la farce. Ici le pitch est simple : un couple accro aux jeux de société se retrouve pour une fois dans une partie plus dangereuse que prévue et Jason Bateman y est comme un poisson dans l'eau. En tant qu'habitué des situations inhabituelles...

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram