Deniz Gamze Ergüven, de Mustang à Hollywood

Posté par Rosario Ligammari le 11 Mars 2019
Avec son premier film Mustang, Deniz Gamze Ergüven a frappé fort en mettant tout le monde d'accord. Une flopée de récompenses plus tard, elle part à Hollywood réaliser non pas un rêve de gosse mais Kings, un film qui lui tenait à cœur avant même de réaliser Mustang, disponible actuellement sur myCANAL
Mustang, premier film, premier choc

Fille d'un diplomate turc, Deniz a passé sa jeunesse entre Paris, Ankara et les États-Unis. Et c'est sans aucun doute ces voyages qui vont forger son oeil et lui donner une vision élargie du monde, avant qu'elle ne décide de le représenter derrière sa caméra.

De 2002 à 2006, elle intègre la Fémis et se fait la main avec quelques courts métrages. En 2013, elle est très impliquée dans le mouvement protestataire en Turquie, plaidant pour une plus grande émancipation des femmes turques : on peut y voir alors les prémices de son cinéma à venir, ainsi que le thème de son premier film. En 2015 sort Mustang, un long métrage délicat tant par son sujet que par la façon de l'aborder. Cinq orphelines, en plein désir d'émancipation, sont confrontées au retour du conservatisme turc ; il y est notamment question de mariages forcés.

Des récompenses partout

Comme un cri de colère retenu qui devait sortir, le moins que l'on puisse dire, c'est que Mustang s'est fait entendre – et applaudir. Adoubé par les critiques, récompensé aux Golden globes (Meilleur film étranger), 4 César (dont celui du Meilleur premier film), il impose Deniz Gamze Ergüven comme l'un des symboles du cinéma au féminin qui ose montrer (du doigt) une réalité révoltante. Pour Kings, son deuxième film, Hollywood lui donne alors la parole et la caméra.

Bienvenue à Hollywood avec Kings

Après avoir tourné avec des adolescentes débutantes, Deniz Gamze Ergüven se retrouve face à deux poids lourds du cinéma américain : Halle Berry (A l'ombre de la haine, Meurs un autre jour) et Daniel Craig (Logan lucky, Skyfall). Il faut préciser qu'elle portait Kings bien avant de s'atteler à Mustang ; pour des raisons de budgets, il lui a fallu patienter.

A l'origine, il y a les émeutes en banlieue de 2005 – auxquelles Deniz participe – puis la rencontre hasardeuse d'une femme qui lui raconte d'autres émeutes, celles de Los Angeles en 1992. Le rapprochement entre les deux événements donnera naissance à Kings. Et le travail acharné de Deniz (recherches quasi journalistiques, échanges avec d'anciens membres de gang ou de la LAPD...) et son sens de la dramaturgie apportent au film une authenticité et une puissance émotionnelle qu'on peut à nouveau applaudir.

Kings, actuellement disponible sur myCANAL depuis le 21 février, dans le cadre de La Nuit au féminin pluri(elles)