Cannes 2019 : Choisissez votre Palme d'or avec le petit Cercle

Posté par Aurelien BACOT le 24 Mai 2019
Ça y est on approche à grands pas de la fin du 72e Festival de Cannes et de l'annonce tant attendue de son palmarès, il est donc plus que temps de faire vos propres pronostics ! Et pour cela quoi de mieux que de voir ou revoir toutes les émissions du petit Cercle avec Augustin Trapenard et sa fine équipe de cinéphiles, jamais avares d'arguments affûtés pour vous faire partager leur passion. A vos Palmes, prêts, partez !

Parmi les grands favoris de cette 72e édition du Festival de Cannes : Douleur et Gloire de Pedro Almodovar. Pour la 6è fois en compétition le réalisateur espagnol repartira-t-il cette année couronné d'une Palme d'or ?

Outsider du palmarès, devenu favori au fur et à mesure de l'avancement du Festival, Parasite du réalisateur coréen Bong Joon-Ho fait l'unanimité ou presque.

Premier long métrage du réalisateur Ladj Ly Les Misérables a créé l'évènement dès l'ouverture du Festival. Basé sur un fait-divers réel le long métrage évoque sans détour les tensions sociales et les difficultés de la vie quotidienne pour toute une partie de la population résidant en Seine-Saint-Denis.

Nouvel opus du mystérieux et génial Terrence Malick, chouchou de la Croisette depuis de nombreuses années, Une vie cachée livre un vibrant éloge de la résistance, ici silencieuse et discrète. Une oeuvre forte et engagée qui a su toucher les critiques comme les festivaliers en plein coeur.

Autre enfant chéri de Cannes, qui effectuait cette année un retour très attendu en compétition, le réalisateur Quentin Tarantino venu accompagné du casting hallucinant de son nouvel opus Once Upon a Time In Hollywood. Margot Robbie, Brad Pitt et Leonardo DiCaprio réunis pour une fable au parfum seventies qui n'a pas fini de faire parler d'elle.

Poursuivant la démarche engagée qui lui a déjà valu les honneurs de deux Palmes d'or à Cannes, le réalisateur britannique Ken Loach persiste et signe avec Sorry We Missed You une fable politique et humaniste qui met en lumière les conséquences souvent dramatiques de l'uberisation de nos sociétés contemporaines.

4e long métrage du nouveau prodige du cinéma chinois Yinan Diao, Le lac aux oies sauvages est un polar surprenant qui réussit l'exploit de renouveler le film noir armé d'un esthétisme aussi poussé qu'envoûtant.

Nouvel opus et nouvelle proposition forte de Jean-Pierre et Luc Dardenne pour ce 72e Festival, Le jeune Ahmed dresse le portrait passionnant d'un pré-adolescent sur le chemin de la radicalisation.

Avec Atlantique la réalisatrice Mati Diop revient en compétition à Cannes et signe un portrait poignant de la jeunesse de Dakar. A travers le parcours d'un ouvrier qui choisit l'exil, et de celui de sa petite amie restée au pays pour en en épouser un autre.

Histoire de bande et de trouble amoureux entre amis Matthias et Maxime, le nouveau long métrage de Xavier Dolan était, c'est rien de le dire, très attendu des inconditionnels du réalisateur comme des festivaliers.

Comédie satirique et fantastique, Bacurau du réalisateur Yinan Diao Kleber Mendonça Filho utilise avec talent l'angle du cinéma de genre et offre un portrait plus que révélateur du Brésil de l'ère Bolsonaro.

4e long métrage de la réalisatrice Celine Sciamma, Portrait de la jeune fille en feu est une nouvelle aventure de la cinéaste de Tomboy et de Bande de filles. La réalisatrice quitte ici pour un temps l'environnement urbain et contemporain auquel elle nous avait habitués, pour nous plonger avec talent dans un drame historique en costumes au propos eminemment féministe.

Premier film policier du réalisateur de Rois et Reine Arnaud Desplechin, Roubaix, une lumière met en vedette les comédiennes Sara Forestier et Léa Seydoux opposées ici au comédien Roschdy Zem.

Après 3 films consacrés aux hommes, le réalisateur américain Ira Sachs consacre son nouveau long métrage Frankie à une femme et pas n'importe laquelle : Isabelle Huppert.

Premier film à avoir été présenté pour cette 72e compétition du Festival de Cannes, The Dead Don't Die le nouveau long métrage de Jim Jarmusch s'amuse avec les codes du film de zombies. Résultat une fable au délicieux parfum d'éternité, comme seul le cinéaste américain en a le secret.

Fable vénéneuse de la réalisatrice autrichienne Jessica Hausner, Little Joe confirme la tendance de cette nouvelle édition cannoise, qui a laissé une large place au cinéma de genre dans sa séléction 2019.

Sybil de la réalisatrice Justine Triet
It Must Be Heaven du réalisateur Elia Suleiman
Mektoub my love : Intermezzo d'Abdellatif Kechiche
Le traître de Mario Bellocchio

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram