C'est ça l'amour : la force tranquille c'est Bouli Lanners

Posté par Rosario Ligammari le 25 Mars 2019
Que ce soit en tant que réalisateur ou en tant qu'acteur, Bouli Lanners a toujours l'image d'un ours sympathique et rassurant. A partir du 27 mars, il sera à l'affiche de C'est ça l'amour dans lequel il joue un père largué et pour cause : il s'est fait larguer.
Père seul dans C'est ça l'amour

Dans C'est ça l'amour (de Claire Burger, co-réalisatrice de Party Girl avec Marie Amachoukeli, 2014), Bouli Lanners tient le premier rôle et le film sur ses épaules. Mais pas seulement : le Belge tient surtout la baraque puisque sa femme est partie, lui laissant à charge deux ados pas toujours faciles. Frida (Justine Lacroix), la plus jeune, vit une déception amoureuse et Niki (Sarah Henochsberg), la plus grande, veut s'en aller du foyer familial – décidément, c'est de famille. Question état d'esprit, Mario (Bouli Lanners) pourrait se situer entre ses deux filles ; pourtant il reste, en attendant que sa femme revienne.

Acteur dans des films sociaux et loufoques

Comme toujours, il faut compter sur la force tranquille de Bouli Lanners. Derrière son côté « ours », l'acteur possède cette jovialité qui respire la tendresse et inspire la sérénité : cet homme assure parce qu'il rassure. En tant qu'acteur, il est lui-même du genre fidèle, à un genre – disons social, poétique et loufoque – et par extension à des réalisateurs qui se situent en plein dedans : Gustave Kervern et Benoît Delépine,  Albert Dupontel, Benoît Mariage ou même les frères Poiraud avec qui il a tourné l'incroyable et inclassable Atomik Circus (2004), tous l'ont intégré à leurs univers particuliers.  

Enfin, on a vu Bouli dans pas mal de comédies familiales, en particulier des adaptations de bandes dessinées ou de livres pour enfants : à deux reprises dans Astérix (Astérix aux jeux olympiques de Frédéric Forestier et Thomas Langmann, 2008 ; Astérix et Obélix : Au service de sa Majesté de Laurent Tirard, 2012) ou dans Les vacances du petit Nicolas (Laurent Tirard, 2014). Papa poule ou papa ours, le rôle de C'est ça l'amour ne pouvait que lui correspondre.

C'est ça l'amour : un écho au Bouli Lanners réalisateur

Si, en tant que réalisateur, Bouli Lanners aime les road trips existentiels (Eldorado, 2008 ; Les Géants, 2011 ; Les Premiers, les Derniers, 2016), dans C'est ça l'amour, il doit rester à la maison : paradoxalement cette façon de faire du surplace lui permet d'avancer dans la vie.

Le film a un énorme point commun avec le Bouli Lanners réalisateur, il s'agit de son thème : la cellule familiale brisée qu’on tente de reconstituer par tous les moyens. C'est un peu son fil rouge, son moteur. Résultat : Bouli Lanners porte C'est ça l'amour sur ses épaules : il joue devant la caméra avec la même force tranquille que s'il avait dû être derrière.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram