Ben Wishaw, une personnalité poétique à Cannes

Posté par Rosario Ligammari le 14 Mai 2019
Ben Wishaw est au Festival de Cannes pour Little Joe, le film de Jessica Hausner en compétition officielle qui raconte l'histoire d'une plante transformant la personnalité des gens qui s'en approchent. En attendant la projection, essayons de cerner celle de Ben Wishaw.
Ben Wishaw, un homme mystérieux

Commençons par énoncer une évidence : l'âge peut déterminer un rôle au cinéma. Quand on voit Ben Wishaw, on ne sait justement pas trop quel âge lui donner – donc à quel rôle le renvoyer. L'acteur s'est montré crédible en tant que jeune compositeur sentimental dans le fastueux film de science-fiction Cloud Atlas (les Wakowsky et Tom Tykwer, 2013) autant qu'en père de famille moustachu dans Le Retour de Mary Poppins (Rob Marshall, 2018).

Avec son apparence juvénile, on lui donnerait en réalité à peine vingt ans. C'est d'ailleurs à dix-neuf ans qu'il a démarré, dans Mauvaise Passe de Michel Blanc en 1999, il y a donc pile vingt ans. Depuis, oui, on a peut-être du mal à le situer, mais on l'a cerné : un visage doux, un regard tendre sous ses sourcils, les traits fins et les cheveux en bataille qui lui retombe dans les yeux. Davantage qu'un physique, il a « une tête » : celle d'un poète.

Personnages poétiques

Depuis, Ben Wishaw a fait son chemin. L'acteur s'est fait connaître du grand public en interprétant Jean-Baptiste Grenouille dans l'adaptation du best-seller de Patrick Süskind Le Parfum réalisé par Tom Tykwer. Puis il est devenu l'acteur fétiche du réalisateur allemand. Si sa filmographie a un lien avec la littérature, c'est l'occasion de revenir à la poésie qui se dégage de son visage. Ce n'est pas pour rien qu'il a incarné Arthur Rimbaud dans I'm not there (Todd Haynes, 2007), un rôle encore à l'image de son physique, avec ses yeux « d'un bleu pâle inquiétant » pour reprendre les propos de Verlaine à propos de son amant. Et ce n'est pas tout : dans Bright Star (Jane Campion), Ben Wishaw s'est glissé dans la peau du poète romantique anglais John Keats, un film qui a été en Compétition à Cannes.

De Q à Little Joe

Son personnage de Q dans James Bond n'a rien à voir ? C'est pourtant un homme débordant d'imagination puisque c'est lui qui fournit les gadgets de l'agent 007. Il l'incarne dans Skyfall, sa suite 007 Spectre (Sam Mendes, 2012 et 2015) et prochainement dans le vingt-cinquième épisode de Bond réalisé par Cary Joji Fukunaga.

Ben Wishaw est à la 72ème édition du Festival de Cannes pour Little Joe. Ce film ne semble pas dénué de poésie, mais cette fois-ci peut-être plus dans la veine de Yorgos Lantimos, le réalisateur grec avec qui Ben a travaillé sur The Losbter (Prix du jury à Cannes en 2015). Little Joe en quelques mots ? C'est l'histoire d'une plante créée par des manipulations génétiques ; celle-ci changerait la personnalité de qui l'approche. Espérons qu'on y reconnaisse bien celle de Ben Wishaw.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram