Au poste ! en Juin : 3 bonnes raisons de le regarder sur CANAL+ CINÉMA

Posté par Aurelien BACOT le 4 Juin 2019
Pour son septième long-métrage le réalisateur Quentin Dupieux réunit Benoît Poelvoorde et Grégoire Ludig pour un huis-clos policier absurde et hilarant dont on ne s’est toujours pas remis.

3 bonnes raisons de regarder Au poste ! de Quentin Dupieux

Pour son humour franchement décalé

Avec ce long métrage Quentin Dupieux reste fidèle à sa réputation, signant un Objet Filmique Non Identifié qui conjugue avec maestria humour et loufoquerie débridée. Avec ses airs de comédie policière, Au Poste ! navigue ainsi habilement entre un suspens prenant, une tension crescendo et un humour noir ravageur qui pourra surprendre certains spectateurs même avertis. Connu pour son art consommé du non-sens, le cinéaste signe ici un huis clos virtuose, où le rire cohabite avec une sourde inquiétude. Le tout traversé par des dialogues totalement lunaires, et qui à n’en pas douter resteront cultes. Inquiétante autant que désopilante, cette comédie rondement menée est habitée de bout en bout par les échanges hallucinants et hallucinés de son duo franco-belge, pour un cocktail savamment dosé de poésie et de gags grinçants. A déguster frappé !

Pour son duo explosif

Si l’on ne présente plus le phénoménal comédien belge Benoit Poelvoorde ni son homologue français Grégoire Ludig, on ne boudera pas notre plaisir de les découvrir réunis à l’affiche de cette hilarante comédie policière, pour former un improbable tandem digne des meilleurs buddy-movie. Car même si tout les oppose, l’un est coupable et l’autre enquêteur, l’alchimie entre les deux personnages et les deux comédiens est ici une évidence. Quel délice pour le spectateur d’assister au ping-pong tout en retenue de ces deux acteurs, qui se délectent des dialogues aux petits oignons troussés par Quentin Dupieux. Un réalisateur en verve qui prend un plaisir aussi évident que communicatif à retrouver toutes les nuances de sa langue natale, et ce après plusieurs tournages en Amérique du Nord.

Pour ses nombreuses références

Avec ce sixième long métrage, le premier tourné en France, l’inclassable réalisateur Quentin Dupieux multiplie les références au cinéma de genre, rendant à travers son film d’une drôlerie irrésistible un hommage cinéphile et sincère au polar hexagonal. Utilisant avec une inventivité de tous les plans son impressionnant décor de grand ensemble urbain, Quentin Dupieux convoque ainsi efficacement le souvenir du Buffet froid de Bertrand Blier. Hommage auquel il superpose par exemple, lors d’un final similaire, la structure narrative du surréaliste Charme discret de la bourgeoisie de Luis Buñuel. On ne peut pas manquer non plus de citer le comédien Benoît Poelvoorde qui, habillé d’un col roulé et d’un holster bien reconnaissables, maltraite sa machine à écrire à la manière si typique d’un Belmondo. Ou qui, au travers d’un monologue sadique, évoque l’instant d’après le souvenir de C’est arrivé près de chez vous. Généreux en clins d’œil et en références réjouissantes, Au Poste ! n’en garde pas moins son identité propre, rappelant à chaque réplique l’originalité féroce de son réalisateur Quentin Dupieux.

 

VENDREDI 21 JUIN À 20H50 SUR CANAL+CINÉMA

AU POSTE !

EN PREMIÈRE EXCLUSIVITÉ

2018 • 1H10 • France

Comédie de Quentin DUPIEUX avec Benoît POELVOORDE, Grégoire LUDIG, Marc FRAIZE

Dans un poste de police, un homme nommé Fugain est interrogé par le commissaire Buron sur une affaire d'homicide dont il a été témoin. Considéré d’emblée comme le principal suspect, un long interrogatoire commence alors où Fugain devra prouver son innocence.