Acteur, producteur et cascadeur : pour Tom Cruise, aucune mission n'est impossible

Posté par Rosario Ligammari le 10 Avril 2019
Des années 80 à aujourd'hui, Tom Cruise a toujours aimé se mettre en danger, dans tous les sens du terme. L'acteur de 56 ans – également producteur et cascadeur – semble n'avoir aucune limite pour maintenir son statut de star intrépide.
Une star qui contrôle tout

Révélé dans Risky Business (Paul Brickman, 1984), c'est Top Gun (Tony Scott, 1986) qui impose Tom Cruise en tant que star internationale. Jeune premier dans les 80's Cruise façonne sa carrière de façon à rester premier tout court, toujours au sommet. Il possède cette image de surhomme qui a le don d'ubiquité ; son visage envahit l'affiche (qu'il partage rarement) puis l'écran, au point même parfois de faire de l'ombre au réalisateur : le public va voir un film « de » Tom Cruise, pour sa performance. En plus d'être acteur, Cruise est aussi un producteur qui contrôle un film dans ses moindres détails de création.

Un acteur qui peut tout jouer

S'il a prouvé ses talents d'acteur chez Martin Scorsese (La Couleur de l'argent, 1987) ou chez Steven Spielberg (Minority Report, 2002 ; La Guerre des mondes, 2005), Tom Cruise a une qualité qui fait sa singularité : rien ne l'effraie. Il n'a pas peur de jouer avec l'image de son couple (avec son ex-épouse Nicole Kidman dans Eyes Wide Shut de Stanley Kubrick, 1999) ou même avec sa propre image de scientologue lorsqu'il incarne un gourou dans Magnolia de Paul Thomas Anderson, 2000). Tom Cruise ne craint pas non plus de s'enlaidir, et ce jusqu'à l'autodérision comme dans Tonnerre sous les tropiques (Ben Stiller, 2008) où il incarne le producteur Les Grossman, une espèce de caricature dégoûtante de lui-même.

Et un cascadeur dingue

Dernier point et pas des moindres : Tom Cruise peut se mettre physiquement en danger. Il remporte le bras de fer face aux super-héros numériques et effectue ses propres cascades sans tricher avec des scènes d'actions réalisées en images de synthèse. Dans les six volets de Mission Impossible, il plonge la tête la première.
Dasn le 1er Mission : Impossible (Brian de Palma, 1996), il court sur un train. Dans Mission : Impossible 2 (John Woo, 2000), il fait de l'alpinisme sur une falaise du Grand Canyon. Dans  Mission : Impossible - Protocole Fantôme (Brad Bird, 2012), il court, suspendu dans le vide par un filin, sur la façade de la tour la plus haute de Dubaï (828 mètres). Dans Mission : Impossible 5, il reste en apnée pendant... six minutes. Un dernier pour la route ? Dans Mission : Impossible - Fallout (Christopher Mcquarrie, 2018) Cruise saute dans le vide et pilote l'hélicoptère ; on le voit même se casser la cheville (pour de vrai).

En fait, c'est simple : Tom Cruise n'a peur de rien, à part de ne pas être à la hauteur de sa propre légende.

Mission : Impossible - Fallout est actuellement disponible en exclusivité sur myCANAL

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram