La fête des mères en juillet : 3 bonnes raisons de le regarder sur CANAL+

Posté par Cinéma Canal le 17 Juillet 2019
5e film de la réalisatrice Marie-Castille Mention-Schaar (Le ciel attendra, Les héritiers), La fête des mères est un film juste qui célèbre les femmes tout en questionnant la notion d'instinct maternel. On vous dit pourquoi après l'avoir vu, vous aurez une envie folle de courir embrasser votre mère.

1. Parce que c'est l'occasion de voir une femme Présidente

S'il y a bien un espace où on peut imaginer des situations qui laissent une trace dans l'inconscient collectif, c'est le cinéma ou la télévision. Dans La fête des mères, non seulement le chef de l'Etat est une femme, mais c'est aussi une jeune maman. Incarnée par Audrey Fleurot, la Présidente est confrontée à ce choix que doivent trop souvent faire les femmes : avoir des enfants ou progresser dans leur carrière. Tout en doutant de ses capacités ("et si je n'avais pas assez d'amour en moi ?"), elle jongle comme elle le peut entre passage de savon à un grand patron du CAC40 et changements de couches. Une mention spéciale est à décerner à Gustave Kervern, très juste en "Premier Homme" de France et soutien sans faille de sa femme.

2. Pour découvrir tous les visages de la maternité

"Je ne voulais pas faire une ode à la mère et sous-estimer la relation compliquée qu'on peut avoir avec sa propre mère ou encore le rapport complexe qu'on peut avoir à la maternité" : les mots de la réalisatrice Marie-Castille Mention-Schaar résonnent dans son film : les mères n'y sont pas toutes parfaites. Elles aussi doutent et font des erreurs. Le sujet est traité sous toutes les coutures entre la mère absente, la mère aimante, le fils omniprésent ou encore la maternité homoparentale. Pour aborder tous ces thèmes, rien de tel qu'un casting majoritairement féminin : Audrey Fleurot donc, mais aussi Clotilde Courau, Olivia Côte, Pascale Arbillot, Noémie Merlant, et Carmen Maura. La fête des mères marque aussi le premier rôle au cinéma de Vincent Dedienne, très touchant en duo avec Nicole Garcia.

3. Parce que le Maréchal Pétain n'a pas inventé la fête des mères.

Le film est l'occasion d'en apprendre plus sur la véritable origine de la fête des mères : grâce à un exposé pédagogique tout au long du film, on découvre qu'elle n'a pas été "inventée" pendant l'Occupation en France. En réalité, la fête des mères trouve son origine moderne aux Etats-Unis : en souvenir de sa mère infirmière héroïque durant la guerre de Sécession, l'institutrice Anna Jarvis lance une grande initiative pour instaurer une journée annuelle en hommage à toutes les mères. En 1914, le texte est approuvé par le Congrès américain. L'idée s'est ensuite répandue un peu partout dans le monde. On s'endormira moins bête !

MARDI 23 JUILLET - 20H50

LA FÊTE DES MERES - INÉDIT

2018 • 1H41 • France

Comédie dramatique de Marie-Castille Mention-Schaar avec Audrey Fleurot, Clotilde Courau, Vincent Dedienne, Nicole Garcia, Pascale Arbillot

Elles sont Présidente de la République, nounou, boulangère, comédienne, prof, fleuriste, journaliste, sans emploi, pédiatre. Elles sont possessives, bienveillantes, maladroites, absentes, omniprésentes, débordées, culpabilisantes, indulgentes, aimantes, fragiles, en pleine possession de leurs moyens ou perdant la tête. Bien vivantes ou déjà un souvenir ... Fils ou fille, nous restons quoiqu'il arrive leur enfant avec l'envie qu'elles nous lâchent et la peur qu'elles nous quittent. Et puis nous devenons maman ... et ça va être notre fête !

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram