Vincent ecarté
Posté par George Eddy le 27 Novembre 2017
Le limogeage de Pierre Vincent par Tony Parker a fait l'effet d'une bombe dans les medias francais. Après le discours de patience tenu par Tony et son bras droit à l'ASVEL, Gaetan Muller, en debut de saison, vient la realité du terrain et des resultats qui ne sont pas conformes avec le plus gros budget du championnat.

J'avais l'impression que l'ASVEL de TP allait etre different des autres club, inspiré par le patient travail sur le long terme des Spurs de Popovich avec une communication sobre et sans esbrouffe autant plus que Tony a participé au licenciement de Vincent Collet en tant que dirigeant en 2010 et il a bien vu par la suite que Lyon-Villeurbanne aurait mieux fait de le garder!  Pour moi, qui a vecu ca à l'age de 30 ans à Paris, virer le coach pendant la saison est trés rarement la bonne solution.

    Je croyais aussi que Parker possedait la chance du debutant avec son recruitement flamboyant pour sa premiere saison comme president mais aprés deux mois, on constate le manque de complementarité de l'effectif surchargé en finisseurs dans le cinq de depart mais en manque de leaders dans le cinq des remplacants!  J'aurais tenté un truc radical style faire sortir du banc, Edwin Jackson et David Andersen avec le deuxieme cinq.  Ceci afin d'avoir tout le temps 3 ou 4 finisseurs avec un ou deux porteurs d'eau forts en defense, ensemble sur le parquet, pour equillibrer l'equipe.  

    En fin compte, Tony est tombé dans le meme piege que la plupart des presidents de club en manque de resultats.  Il fait griller la fusible du coach pour defendre son recruitement, et ceci aprés seulement 7 matches dans une longue saison qui en comporte 34!  Je croyais naivement que Vincent allait beneficier de plus de temps vu sa longue amitié avec Parker mais Tony dit "C'est un business, j'ai besoin de resultats".  Le melange de Pierre, un coach qui aime les systemes bien faits et les meneurs gestionnaires rigoreux, avec Taureen Green, qui perd autant de ballons qu'il en donne de passes decisives dans ce debut de saison, etait difficile à realiser. D'autant plus que V incent devait deja composer avec le jeu assez soliste d'Edwin et la maladresse d'Andersen, le plus gros salaire du club.  Vous ajoutez la longue absence sur blessure de Georgi Joseph,LE porteur d'eau qui manquait le plus, le manque de hierarchie offensive et de mental dans les fins de matches et le calendrier inutilement surchargé au debut par les matches amicaux à Montpellier et vous comprenez mieux le manque de resultats.

    Tout ceci n'est pas une bonne nouvelle car Vincent meritait mieux et le beau projet de Tony pedale dans la boue pour le moment.  Je verrais bien un Phillipe Hervé ou plus tard un Jean-Louis Borg ou, pourquoi pas, le retour de Collet, dans les plans de TP.  Le reseau de Tony est grand et on ne peut pas occulter la possibilité de voir une grosse surprise, genre un ancien joueur ou assistant NBA qui debarque à l'ASVEL un jour.

 

    Heureusement, il y a des bonnes nouvelles cette semaine, aussi, concernant les resultats des clubs francais en Eurocoupe.  A mi-parcours, tous les clubs peuvent encore se qualifier et Nancy et Strasbourg sont premiers de leurs poules respectives avec 4 victoires en 5 matches.  Cela donne envie de regarder notre affiche du vendredi soir, demain sur Canal Plus Sport, opposant Nancy au Mans(qui peut compter sur le retour de Rodrigue Beaubois).  Les Nancéens, Darius Adams, Flo Pietrus, Bandja Sy et Randall Falker ont été strastospheriques contre Charleroi mercredi soir en Belgique.  Pour comprendre à quel point le metier de coach pro est stressant, il suffisait de regarder l'ancien general manager d'Antibes, Jacques Stas, devenu entraineur de Charleroi, vociferait et criait sur ses joueurs du debut à la fin!  Bonjour la coquotte-minute!