Trophées et Playoffs
Posté par George Eddy le 27 Novembre 2017
Il y a une semaine la LNB a organisé une belle soirée de distribution des trophées individuels ou les lauréats ont fait des très beaux discours à l'image des MVP Randal Falker et Antoine Diot qui ont dédié leur succès à leurs coéquipiers et coaches dans un bel élan d'esprit collectif.

 A la lumière du premier tour des playoffs joué à un rythmne très soutenu (trois gros matches en cinq jours!) je voulais voir qui a confirmé son statut et qui ne l'a pas fait.  Ce qui saute aux yeux, c'est que Mykal Riley-ainsi que T.J. Campbell- a haussé le ton contre Le Mans permettant à Dijon de créer l'exploit inattendu surtout à l'exterieur lors du Match 1.  Avec 31 points, 10 rebonds et 36 d'éval de moyenne pour les deux matches, Riley est de loin le MVP du premier tour et aurait peut-être dû finir devant DaShaun Wood qui a été troisième du vote pour le MVP étranger.  Wood a mis 24 pts. dans le match 1 mais seulement 7 dans le match 2 à Dijon sans peser sur le jeu.  Falker et A.J. Slaughter seront jugés par rapport aux belles qui se jouent ce soir et samedi à Strasbourg et Nancy. 

Double lauréat pour meilleure progression et meilleur jeune, Clint Capela a montré deux visages très différents au 1er tour. Quasi-inexistant au Match 1 avec un petit 3 d'éval et 1 sur 7 aux tirs, il est redevenu lui-même en dominant le Match 2 dans les airs avec Jordan Aboudou et ainsi Clint a été notre MVP sur Canal Plus Sport mercredi à Chalon.  Il m'avait dit avant le match qu'il allait dunker au lieu de jouer en finesse comme à Strasbourg!  Les ajustments tactiques de Chalon ont étouffé le MVP francais, Antoine Diot, au Match 2 grâce aux prises à deux aggressives de Clint en tête de raquette.  Diot a survolé le premier match mais doit confirmer son nouveau statut comme Clint et A.J. dans une belle qui fait saliver.  La bataille tactique entre deux grands coaches, Vincent Collet et Jean-Denys Choulet, nous fait regretter que les quarts ne se jouent qu'en 3 manches au lieu de cinq!  Une piste à étudier pour la saison prochaine.

L'autre révélation du premier tour, c'est Clevin Hannah de Nancy, décisif dans le money time du Match 1 avec son record en Pro A, 24 points.  Il a mis 16 au deuxième match mais coach Alain Weisz a rapidement décidé de reposer ses titulaires pour la belle à la maison.  Le Paris-Levallois a retrouvé son adresse à Levallois jeudi grâce aux perfs un peu inattendues de Nicolas Lang (17 pts.) et Louis Labeyrie (12) qui ont compensé le petit match de Blake Schilb (4pts.). La belle risque de se jouer au niveau du duel entre Andrew Albicy, consideré comme le meilleur défenseur francais, et le feu follet Hannah.  Par ailleurs, comme Nancy va interdire la peinture en défense, Paris sera obligé de mettre dedans à mi-distance.

    L'adresse a été une des clés pour Limoges dans sa domination totale de l'ASVEL.  Avec 27 sur 53 à 3pts. et 19 interceptions dans les deux matches, Limoges a affiché une envie,une constance et une solidarité exemplaire en defense et en attaque.  Ce club légendaire s'érige en epouvantail du premier tour derrière Nobel Boungou Colo et Adrien Moerman qui confiment leur nouveau statut et mon dicton reste toujours aussi juste,"quand les deux joueurs jouent bien le même jour, Limoges est imbattable!".  Limoges a fait vivre un enfer à Edwin Jackson, top scoreur de la Pro A, en alternant les défenseurs sur lui.  Le nouveau président, Tony Parker, a du boulot pour entourer Jackson avec des joueurs plus forts dans l'avenir.

 

 En demi-finale ca va donner Limoges-Dijon.  D'un côté, le talent, le budget, la forme du moment et la salle hyper-chaude de Limoges et de l'autre la defense, la malice, le sens tactique, la sérénité dans le money time ET une salle hyper-chaude à Dijon!  Ca va être grandiose; Dijon c'est un peu le Nanterre des Playoffs 2014.  Nanterre, soit dit en passant,  termine un cycle de 2 ans rempli de gloire en gagnant la Coupe de France ce qui donne à nouveau une place en Eurocoupe.  Malgré le depart de beaucoup de joueurs, le club va pouvoir contniuer de grandir.  Bravo et bonne continuation au JSF Nanterre!