Collet et Dupraz
Posté par George Eddy le 27 Novembre 2017
Les deux entraîneurs de la dernière finale de la Pro A ont connu des destins diamétralement opposés. Paradoxalement, le vainqueur, Jean-Marc Dupraz vient d'être limogé tandis que le perdant, Vincent Collet, a été reconduit pour la saison prochaine à Strasbourg. Pour Dupraz, cela s'explique par un manque de résultats conformes aux ambitions du club en Euroleague, en Eurocoupe, en Leaders Cup et dernièrement en Coupe de France. Perdre en Coupe contre une équipe héroïque du Portel ( Pro B) dans sa salle bouillante puis enchaîner par une défaite de deux petits points à Rouen qui jouait sans sa star Daequan Cook, c'en était trop pour le président Fred Forte qui a fait appel au très expérimenté Philippe Hervé pour prendre la suite.

Bizarrement, Dupraz semblait plus à l'aise à gérer un effectif difficile avec quelques mémorables coups de gueule la saison passée plutôt que de faire bouger une équipe un peu molle qui perdait rapidement confiance cette saison.  Les nombreuses interventions de son président ne lui ont pas facilité la tâche.  La guerre des tweets avec Ramel Curry a signalé le début de la fin pour Jean-Marc ainsi que le resserrement de l'effectif avec la mise à l'écart de certains joueurs et des changements de joueur tardifs décrété par Forté.  Le président était convaincu que l'équipe devait être plus forte cette saison vu les investissements supplémentaires consacrés notamment par rapport à l'Euroleague.  Moi, je suis convaincu que l'équipe de Limoges était plus forte et complète la saison dernière.

   

C'est la même chose pour le grand rival traditionnel, Pau.  Ils ont consenti des efforts financiers considérables pour se retrouver avec une équipe moins performante que la saison précédente!  C'est dur à avaler et ca fait du remue-ménage.  Remarquez, Jean-Marc a eu plus de temps pour faire ses preuves cette saison que Pierre Vincent avec l'ASVEL!  Changer le coach si tard dans la saison, c'est un pari risqué de plus pour Forté car Hervé est connu pour être un entraineur de projet à long terme pas un magicien de commando sur le court terme.

   

Le fait que Vincent Collet reste la saison prochaine en Pro A est une excellente nouvelle pour le basket français en général.  Il veut mener la génération Parker aux J.O. de Rio 2016 pour vivre une sorte d'apothéose bien méritée.  Il a dit que c'est incompatible avec le rôle de coach dans une grosse écurie européenne ou la pression du résultat est exacerbée et donc, manquer la préparation de l'équipe en aout-septembre est impensable.  Cette décision donne plus de chances à Strasbourg de garder Antoine Diot et Ali Traoré la saison prochaine.  Elle renforce le club dans sa quête du triplé et d'une nouvelle chance en Euroleague la saison prochaine.  D'ailleurs, la meilleure pub pour Vincent par rapport aux cadors européens serait de réussir à  qualifier Strasbourg pour le top 16.

   

 

En fin de compte, tous ces changements de joueurs et d'entraineurs confirment que nous vivons dans un monde dominé par le temporaire et la précarité.  L'ère de l'internet, du sensationnel et du low-cost, de la quantité qui priment sur la qualité.  On ne peut que s'adapter dans le basket comme partout ailleurs.  C'est ainsi...