De la BD au grand écran : les destins liés de Riad Sattouf et Joann Sfar
Posté par Création CANAL+ le 11 Octobre 2018

Ce sont deux conteurs hors pair. Joann Sfar, l’aîné, a commencé à publier ses premières planches en 1994, chez L’Association, éditeur emblématique de la BD alternative. Avec son œuvre immense et foisonnante (de la délirante parodie d’heroic fantasy Donjon à la biographie rêvée du peintre Pascin en passant bien sûr par sa série culte Le Chat du rabbin), il s’impose comme l’un des chefs de la file de la nouvelle génération d’auteurs qui ont bouleversé le 9e art français dans les années 90. Mais on lui doit aussi des films comme Gainbourg, vie héroïque.

Joann Sfar a toujours encouragé Riad Sattouf, de sept ans son cadet. Au début des années 2000, Sfar publie parmi les premières BD de Sattouf, dans la collection Bréal Jeunesse, qu’il dirige. Comme le remarqué Manuel du puceau, qui revient sur les affres (universelles) de son adolescence. Mais c’est véritablement avec La Vie secrète des jeunes, ses strips pour Charlie Hebdo qui moquent les us et coutumes des jeunes en milieu urbain, que le grand public le découvre.

Les deux artistes puisent dans le même terreau : leur propre vie. Riad Sattouf s’en est largement inspiré pour des histoires comme Ma circoncision, No Sex in New York et bien sûr L’Arabe du futur, sa série autobiographique acclamée, entre la Syrie et la Libye. Joann Sfar aussi. Outre ses romans autobiographiques, l’auteur se met régulièrement en scène dans son journal intime dessiné Les Carnets

Dessinateurs compulsifs aux styles très personnels, ils ont également en commun le fait de ne pas avoir peur de mettre les pieds dans le plat. Dans son impertinent et très fin Chat du rabbin, Sfar, issu d’une famille juive séfarade algérienne et ashkénaze ukrainienne, se joue sans tabous des conceptions religieuses. Tout comme Riad Sattouf, entre autres dans son film Jacky au royaume des filles, qui moque le patriarcat, ou dans Les Cahiers d'Esther, dont l'héroïne n'a pas la langue dans la poche...

Enfin, ils aiment travailler ensemble. Dans Petit Vampire, série animée adaptée de l’œuvre éponyme de Sfar, Sattouf prête sa voix au personnage principal (une voix « bizarre, souffreteuse et drôle en même temps », selon l’ami Sfar). Dans le film Les Beaux Gosses de Sattouf, Sfar campe un prof de philo… Bref, entre les deux monstres sacrés, qui n’ont certainement pas fini de collaborer, pas de jalousie. À tel point que Riad Sattouf est devenu un personnage de BD de Joann Sfar. Dans ses Carnets, il apparaît comme un… frustré professionnel ! Sans rancune… 

Les Cahiers d’Esther, Histoires de mes 10 ans. 
Diffusion sur Canal + à partir du lundi 3 septembre 2018, du lundi au jeudi à 20h55
Série française de 50 épisodes de 2 minutes